• mer. Déc 7th, 2022

La situation nutritionnelle au Burundi pour certaines catégories de personnes nécessite une amélioration

ByAdministrateur

Oct 10, 2021

BUJUMBURA, 1er oct (ABP) – Le président du comité d’organisation de la 2ème édition du forum national des femmes leaders, Dr Jean Bosco Girukwishaka, a tenu vendredi 1er octobre 2021, une conférence de presse sur la tenue du forum national de haut niveau de sensibilisation et mobilisation des femmes leaders afin qu’elles s’engagent davantage dans les activités contribuant à la réduction de la malnutrition au Burundi. Ce forum est organisé par l’Organisation des premières dames d’Afrique pour le développement (OPDAD-Burundi) en collaboration avec les ministères en charge de la Santé publique, de l’Agriculture et de la Solidarité sous l’appui technique et financier de l’UNICEF, le PAM, l’ONU/FEMMES, l’OMS, le PNUD, la BM, le FNUAP et l’USAID.

Selon Dr Girukwishaka, ce forum se tiendra à Bujumbura en date du 19 au 20 octobre 2021 sous le thème « Femmes leaders, mobilisons-nous contre la malnutrition ». Il a signifié que le choix du thème de cette année est motivé par le fait que la situation nutritionnelle au Burundi demeure préoccupante surtout pour les catégories des populations les plus vulnérables à savoir les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes ou allaitantes malgré les efforts déployés au cours des trente dernières années dans la lutte contre la malnutrition.

Il a également indiqué que selon l’enquête nationale sur la situation nutritionnelle et la mortalité édition 2020, la malnutrition aigüe globale, selon le rapport poids-pour-taille, affecte 6,1% des enfants de 6 à 59 mois tandis que la prévalence de la malnutrition chronique est de 52,2%. Chez les femmes enceintes, la malnutrition aigüe globale est de 3% alors qu’elle est de 2.8 % chez les femmes allaitantes. Dr Girukwishaka a précisé dans cette conférence de presse que les principaux déterminants de la malnutrition sont liés non seulement à la pauvreté et à l’insécurité alimentaire, mais aussi à la méconnaissance d’un minimum de bonnes pratiques nutritionnelles ou le faible accès à l’information. Il a ajouté que la malnutrition a des conséquences sur la santé et affecte aussi le développement socio-économique des pays où elle sévit.

Au regard du rôle capital des femmes dans le combat contre la malnutrition, pour résoudre les questions de nutrition, il est primordial d’autonomiser les femmes en mettant à leur disposition des moyens techniques et financiers pour renforcer leur économie et leur santé afin de contribuer à une malnutrition zéro au Burundi. C’est dans ce contexte que la première dame du pays à travers l’OPDAD est engagée à l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant et à la mobilisation des femmes leaders pour leur implication dans la réduction de la prévalence de la malnutrition sous toutes ses formes au Burundi.

Dr Girukwishaka a aussi signalé que ce forum sera une opportunité d’identifier les bonnes pratiques et défis ou contraintes pour combattre la malnutrition, de renforcer les capacités des femmes leaders sur l’importance de l’alimentation de complément adéquate et d’apprendre de l’expérience des autres pays dans la lutte contre la malnutrition. Il a rappelé que la campagne de malnutrition zéro a été lancée par la première dame du pays, Mme Angéline Ndayishimiye, en date du 20 octobre 2020.

Il est à signaler que ce forum connaîtra la participation des premières dames de certains pays africains, les représentants régionaux des organisations du système des Nations unies et autres institutions régionales, les représentants des organisations internationales, les parlementaires et bien d’autres invités de marque.