• mar. Oct 19th, 2021

La vaccination contre la Covid-19 est prévue pour la semaine prochaine, selon le ministre en charge de la Santé publique

ByAdministrateur

Oct 14, 2021

BUJUMBURA, 13 oct (ABP) – Le ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida, Dr Thaddée Ndikumana, a fait savoir mardi le 12 octobre 2021, en marge d’une réunion des partenaires techniques et financiers de santé, que la vaccination contre le Coronavirus pourra débuter avec la semaine prochaine car, a-t-il dit, le premier don de 500.000 vaccins en provenance de la Chine arrivera à Bujumbura jeudi le 14 octobre 2021.

Selon lui, les sites de vaccination sont déjà prêts, de même que les équipes qui vont vacciner. La vaccination pour ceux qui le désirent se fera au site de dépistage de la Covid-19 car, a signifié Dr Ndikumana, personne ne pourra être vacciné sans qu’il se fasse dépister de cette pandémie. Celui qui sera dépisté positif aura un traitement pour la prise en charge, tandis que celui qui sera dépisté négatif et qui désire avoir le vaccin signera d’abord un document de consentement.

La priorité sera d’abord portée sur les prestataires de soins qui le désirent, et les personnes qui ont d’autres maladies comme le diabète l’hypertension, le cancer…, ainsi que les personnes âgées qui le désirent. Toutefois, toute autre personne qui désire avoir le vaccin pourra en bénéficier. Les autres groupes cibles, selon le ministre Ndikumana, sont les voyageurs.

Le site de l’INSP (Institut national de Santé publique) sera mis à profit parce que ceux qui viennent se faire dépister pour avoir le certificat Covid-19 dans l’optique de voyager pourront, s’ils le désirent, se faire vacciner sur place à l’INSP. De même, pour ceux qui vont chercher les cartes de vaccination pour la fièvre jaune au CMC (Centre de médecine communautaire), un site de dépistage contre la Covid-19 y sera érigé pour que ceux qui le veulent puissent aussi bénéficier de ce service.

Les conditions pour avoir le vaccin sera de signer sur la fiche de consentement et de se faire dépister pour identifier les cas nécessiteux et ne pas donner le vaccin à quelqu’un qui est malade.

Le ministre en charge de la Santé publique a souligné que dès le 1er novembre de cette année, d’autres sites de dépistage vont être installés pour permettre aux personnes qui montent à l’intérieur du pays de se faire dépister. Ceci a été fait pour faciliter aux citadins de se faire dépister au moins une fois le mois.

Dans cette optique, « nous allons aussi installer des sites de dépistage sur tous les axes de sortie de la ville de Bujumbura, en plus des sites déjà installés dans la ville de Bujumbura, pour permettre aux gens qui montent à l’intérieur du pays de faire du dépistage. Ceci est motivé par le fait que nous avons constaté que pendant ces deux années de riposte, on peut éliminer la pandémie de Covid-19 à l’intérieur du pays. Mais comme Bujumbura est la grande agglomération, les gens qui montent à l’intérieur pour les réunions ou les fêtes y contaminent les gens », a-t-il dit.

Ces nouveaux sites de dépistage permettront aux gens qui le veulent de se faire dépister à la sortie de la ville. « Ainsi, nous pourrons délivrer un certificat d’une durée de vie d’un mois permettant aux gens de circuler librement », a indiqué Dr Ndikumana, signalant que cela se fera également à l’intérieur du pays.

Sur l’axe Rumonge, le site sera installé à l’hôpital de Kabezi, et sur l’axe Bugarama, le site sera érigé après la présidence de la République. Sur l’axe Jenda, le site sera installé à Kamesa, tandis que sur l’axe Bubanza, le site sera installé à Muzinda. Vers Cibitoke, le site sera installé à la 10ème transversale, juste après le cimetière de Mpanda.