• mer. Déc 7th, 2022

Ouverture du forum national de haut niveau des femmes leaders, 2ème édition, sur la malnutrition

ByAdministrateur

Oct 20, 2021

BUJUMBURA, 19 oct (ABP) – Le président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye, a ouvert mardi le 19 octobre, à Bujumbura, les cérémonies du forum national de haut niveau des femmes leaders organisé par l’Organisation des 1ères dames d’Afrique pour le développement (OPDAD)-Burundi sous le thème : « Femmes leaders, unissons-nous contre la malnutrition au Burundi ».

Ce forum de deux jours a vu la participation de la première dame du Niger, Mme Hadiza Bazoum et sa délégation, les ex-premières dames du Burundi, les parlementaires, les membres du gouvernement, les représentants du corps diplomatique et consulaire accrédités à Bujumbura, les représentants des agences des Nations Unies et d’autres.

 

Dans son allocution, le chef de l’Etat a d’abord souhaité la bienvenue à la première dame du Niger et lui a demandé de transmettre, à son retour, ses salutations à son homologue le président de la République du Niger Mohamed Bazoum et à tous les Nigériens. Il a, à cette occasion, salué l’initiative de l’OPDAD-Burundi d’organiser un forum des femmes leaders sur la malnutrition au Burundi, expliquant que cela permettra à tout le monde de s’impliquer davantage pour combattre la malnutrition au Burundi.

Le numéro un burundais n’a pas manqué de signaler qu’au Burundi, la malnutrition se justifie par la négligence et, parfois, l’ignorance des Burundais par rapport aux bienfaits d’une alimentation complète et adéquate. Pourtant, il y a au Burundi tout le nécessaire pour combattre la malnutrition, a-t-il signalé, invitant les Burundais à changer de mentalités et à adopter les bonnes pratiques nutritionnelles.

Le président Ndayishimiye a rappelé que pour combattre la malnutrition, l’Etat a instauré le programme d’augmenter la production, surtout dans le secteur de l’agriculture, en sensibilisant la population à beaucoup travailler dans ce domaine. Il a aussi mentionné la redynamisation des politiques agricoles pour parvenir à une augmentation de la production durable.

Pour promouvoir le domaine de la santé nutritionnelle, le président de la République a interpellé les opérateurs économiques nationaux et étrangers d’appuyer le gouvernement du Burundi dans son programme d’augmenter la production pour la promotion d’une santé saine de la population burundaise, en particulier les femmes et les enfants. Quant aux ministères en charge de la Santé publique et de l’Agriculture, il les a invités à redoubler d’efforts dans le suivi du programme de lutte contre la malnutrition, en implantant, dans toutes les structures sanitaires du pays, une branche chargée de la lutte contre la malnutrition.

Par ailleurs, il a invité les femmes leaders à s’impliquer dans la réduction de la prévalence de la malnutrition en maîtrisant comment mélanger les aliments selon leurs catégories et leur richesse en nutriments. Il les a aussi appelées à sensibiliser les parents sur les bienfaits de l’alimentation pour assurer la promotion des bonnes pratiques nutritionnelles.

La première dame du Burundi Angeline Ndayishimiye, qui est en même temps présidente de l’OPDAD-Burundi, a signalé qu’en 2020, cette organisation a procédé au lancement de la campagne « malnutrition zéro », qui s’étend sur une période de 5 ans pour lutter contre la malnutrition sous toutes ses formes.  Elle a profité de cette occasion pour indiquer que l’objectif de ce forum est de donner l’occasion aux femmes leaders burundaises d’échanger sur le pas déjà franchi par rapport au combat contre la malnutrition au Burundi, apprendre de l’expérience des autres pays et définir d’autres méthodes et stratégies susceptibles de permettre l’éradication de la malnutrition au Burundi.

La première dame du Niger a, pour sa part, exprimé sa satisfaction de participer à ladite réunion et a salué la manière dont elle a été accueillie, dès son arrivée, à Bujumbura. Elle a profité de cette occasion pour transmettre au président de la République du Burundi les salutations de son homologue le président de la République du Niger.

Mme Bazoum a souligné qu’au Niger, le problème de malnutrition reste aussi un problème de santé publique, raison pour laquelle, a-t-elle signalé, le gouvernement a élaboré une stratégie de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de développement agricole durable dont les résultats commencent à donner de l’espoir à la population nigérienne.