• mer. Déc 1st, 2021

Clôture de la retraite gouvernementale organisée en deux phases

ByAdministrateur

Nov 8, 2021

GITEGA, 6 nov (ABP) – Le chef d’Etat burundais, M. Evariste Ndayishimiye a clôturé, ce vendredi le 5 novembre 2021, les activités de la retraite gouvernementale organisée depuis le 3 novembre 2021, à Gitega, la capitale politique du pays.

A l’issue de ladite retraite, le porte-parole du gouvernement, M. Prosper Ntahorwamiye a indiqué à la presse que les activités de la retraite en question se sont déroulées en deux phases.

La première phase a eu lieu les 3 et 4 courant où la retraite a concerné les membres du gouvernement. La deuxième phase a eu lieu le 5 courant, et a vu également la participation des hauts cadres ministériels.

                      Vue partielle des membres du gouvernement et des hauts cadres ministériels en séance de moralisation

Pendant la première phase, l’objectif était de faire une analyse critique sur l’état de la mise en application des objectifs du gouvernement « responsable » et « laborieux », initiée par le président Ndayishimiye. Celui-ci a rappelé aux membres du gouvernement le principe d’unicité, de complémentarité et d’intégrité du gouvernement, d’après ce porte-parole, avant d’expliquer qu’il n’était pas question de faire une analyse critique ministère par ministère, mais plutôt que l’on a fait une analyse critique secteur par secteur.

Le président de la République leur a rappelé également les trois missions du gouvernement, a dît M. Ntahorwamiye, citant notamment la mission de protéger les citoyens, la mission de poursuivre et juger ; enfin, la mission d’assurer le bien-être des citoyens en veillant sur son développement.

M. Ntahorwamiye a aussi fait savoir que l’on a fait le tour des défis, des leçons, des perspectives et des recommandations à adopter pour pouvoir atteindre l’objectif du gouvernement « responsable » et « laborieux » qui vise à ce que chaque bouche ait à manger et que chaque poche ait de l’argent.

La deuxième phase de cette retraite était une séance de moralisation pour que les membres du gouvernement et les hauts cadres ministériels aient une lecture commune sur la gestion de la chose publique, d’après le porte-parole du gouvernement.