• mer. Déc 7th, 2022

Semaine mondiale de l’entrepreneuriat, édition 2021

ByAdministrateur

Nov 15, 2021

BUJUMBURA, 12 nov (ABP) – L’université du Burundi a organisé, jeudi le 11 novembre 2021 une table ronde, à l’endroit des jeunes entrepreneurs, des chercheurs de l’université du Burundi et des institutions de microfinance dans le cadre de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat édition 202. Le thème retenu est « Entrepreneuriat Responsable  » pour mobiliser tous les acteurs à favoriser l’émergence de la prochaine génération d’entrepreneurs, d’innovateurs et de réalisateurs de changements.

Dans son allocution, le recteur de l’université du Burundi, professeur Sanctus Niragira a fait savoir que la semaine mondiale de l’entrepreneuriat est la plus grande manifestation célébrant l’entrepreneuriat dans le monde. Il a ajouté que cette année, cette dernière est organisée dans la semaine du 8 au 12 novembre 2021 dans plus de 170 pays. Cela permet d’inciter le plus grand nombre de personnes à exploiter leur esprit d’initiative et d’innovation.

Il a précisé qu’au Burundi, cette semaine mondiale de l’entrepreneuriat coïncide avec de nombreux efforts du gouvernement dans ce secteur. Il a cité notamment l’intégration de l’entrepreneuriat dans le Plan national de développement (PND) 2018-2027 et dans la politique nationale de l’emploi. Il a évoqué également la promotion des entreprises privées par la mise en place des conditions favorables à la protection de l’entreprise privée pour accroître les emplois des jeunes, la création des banques des jeunes et des femmes et du fonds d’impulsion de garantie et autres.

Niragira a signalé que la transition de l’université à l’emploi constitue un processus long et difficile au Burundi.  Selon toujours lui, le nombre d’emplois formels disponibles est souvent insuffisant pour recruter tous les jeunes qui entrent dans le marché du travail, et n’offre pas un salaire décent.

Les recherches montrent que l’entrepreneuriat devient de plus en plus une voie de secours au taux de chômage galopant dans plusieurs pays dont le Burundi, a-t-il renchéri.  Il a aussi précisé que l’organisation de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat apparaît comme un rappel à la raison de certaines personnes qui pensent toujours que l’Etat est le seul employeur.

L’organisation de cette table ronde était aussi une occasion pour les participants de renouveler leur engagement pour « un entrepreneuriat responsable « .

Les acteurs socio-professionnels ont échangé sur des sujets variés en rapport avec les tenants et les aboutissants d’entreprendre dans le contexte du Burundi, les témoignages et partages d’expériences, à l’appui.

La directrice pays de German Sparkassenstiftung Eastern Africa-Burundi (DSIK), Mme Irène Inayange, partenaire de l’Université du Burundi, a salué l’organisation de cette table ronde et a signalé que son organisation est le fruit d’un partenariat tripartite réussi entre DSIK, l’université du Burundi, et le réseau des institutions de microfinance (RIM). Elle a précisé que la DSIK est fortement mobilisé dans plusieurs activités avec ses partenaires, à travers des projets de renforcement des capacités, l’éducation financière, la finance rurale et l’appui institutionnel dans le secteur de la microfinance.

Selon toujours elle, le taux de chômage chez les jeunes reste un handicap dans la croissance économique du Burundi. Pour pallier à cette problématique, DSIK compte sur le partenariat qu’elle noue surtout avec l’université du Burundi qui a déjà porté ses fruits dont la campagne de renforcement des capacités d’environ 600 jeunes lauréats et étudiants de l’Université du Burundi.  Mme Inayange, DSIK souhaite que ces jeunes, une fois formés, puissent se mettre au travail, créer leurs propres emplois, accéder aux produits et services financiers et développer des activités économiques prospères.

A cette même occasion, elle a indiqué que DSIK est prête à accompagner toute initiative allant dans le sens de promouvoir l’entrepreneuriat et l’inclusion financière au Burundi.