• sam. Nov 26th, 2022

Des femmes de la commune Mugina témoignent du bien fait des groupes de solidarité

ByAdministrateur

Déc 24, 2021

CIBITOKE, 22 déc (ABP) – L’animateur social des Centres de développement familial et communautaire (CDFC) en commune Mugina, province Cibitoke, M. Joseph Sindakira affirme, dans une interview accordée à l’ABP mardi 21 décembre 2021, que les femmes regroupées au sein du système d’épargne et de crédit dénommée « Nawenuze », sont devenues autonomes économiquement.

M. Sindakira a fait savoir que depuis 2018, des femmes victimes des VSBG en commune Mugina, ont été rassemblées sur leurs collines respectives par le CDFC, pour les initier au système d’épargne et de crédit dénommé « Nawenuze », du ministère de la Solidarité nationale, des Affaires sociales, des Droits de la personne humaine et du Genre.

Il a ajouté qu’au départ, ces femmes victimes des VSBG étaient des vulnérables qui manquaient presque de tout, et qui étaient maltraitées par leurs conjoints.

Ainsi, elles ont été assistées par le ministère en charge de la Solidarité nationale via le CDFC, qui les a ensuite formées pour faire des groupes de solidarité, et ont commencé à épargner petit à petit 500 FBu par femme et par semaine.

Mme Léoncie Nahishakiye, habitant la colline Muyange en commune Mugina, apprécie positivement le niveau d’autonomisation économique qu’elles atteignent aujourd’hui dans son groupe de solidarité de 30 femmes.

Ce mardi 21 décembre 2021, c’était leur quatrième rencontre pour le partage de leurs épargnes et intérêts d’une année, estimés à près de sept millions de francs burundais, a-t-on appris sur place.

Elle a révélé à l’ABP, qu’elles étaient déconsidérées au départ par leurs conjoints, mais qu’elles ont gagné de l’estime petit à petit, grâce au système « Nawenuze » d’épargnes et de crédits.

De ce fait, elles sont parvenues à s’acheter des portions de terre cultivable, des parcelles, du petit bétail, louer des champs, entreprendre du petit commerce, scolariser leurs enfants etc, a-t-elle indiqué.

Pour le moment, les conflits dans les ménages ont disparu, les hommes sont témoins de l’autonomisation économique de leurs femmes.

Mme Nahishakiye salue l’accompagnement et l’encadrement de son groupe de solidarité par le CDFC, et fait appel aux autres femmes de créer leurs groupes pour l’autonomisation économique. Elle fait savoir aussi que son groupe se prépare à faire un projet à soumettre à la Banque d’investissement pour les femmes.