• mer. Mai 18th, 2022

Le projet de loi portant code du transport ferroviaire à l’ordre du jour du conseil des ministres du mercredi 22 décembre

ByAdministrateur

Déc 28, 2021

BUJUMBURA, 25 déc (ABP) – Le Conseil des Ministres s’est réuni le mercredi 22 décembre 2021 à Bujumbura, sous la présidence du Président de la République, Général Major Evariste Ndayishimiye.

Après la présentation de l’ordre du jour, le Président de la République a invité le Ministre de l’Intérieur, du Développement Communautaire et de la Sécurité Publique à présenter la synthèse des observations issues de la réunion préparatoire du Conseil des Ministres qu’il a présidé le lundi 20 décembre 2021 sur délégation du Premier Ministre, et qui était consacrée à l’analyse des mêmes dossiers inscrits à l’ordre du jour.

Après restitution par le Ministre de l’Intérieur, du Développement Communautaire et de la Sécurité Publique au Président de la République, les dossiers à analyser ont été présentés, indique le communiqué de presse rendu publique par le secrétariat général de l’Etat.

Il s’agit entre autre du projet de loi portant Code du transport ferroviaire, présenté par les Services de la Présidence de la République.

Dans le but d’asseoir une croissance économique soutenue et inclusive, le Gouvernement du Burundi s’est doté d’un Plan National de Développement 2018-2027.

La mise en œuvre de ce Plan permettra notamment de construire des infrastructures de base de l’économie et de développer le tissu industriel.

L’orientation stratégique n°1 du Plan National de Développement préconise, dans son axe n°2, le développement des infrastructures de transport, en vue de désenclaver et connecter le Burundi aux pays voisins par voie ferrée.

Pour atteindre cet objectif, le pays doit mettre en place un cadre légal, institutionnel et opérationnel du transport ferroviaire.

L’intérêt porté sur le transport ferroviaire provient également des avantages comparatifs que ce mode de transport offre par rapport à la route : capacité de transport, coût de transport bon marché, une plus grande sécurité de transport des marchandises, une durée de vie plus longue des infrastructures ferroviaires.

Le Burundi regorge de beaucoup de minerais notamment les gisements de nickel dans les périmètres de Musongati, Waga et Nyabikere. C’est pourquoi beaucoup de sociétés minières sont intéressées par ces gisements mais se heurtent aux défis liés au transport de ces produits vers les marchés internationaux.

Des engagements entre le Gouvernement du Burundi, de la République Unie de Tanzanie et de la République Démocratique du Congo ont été déjà pris pour construire la ligne ferroviaire Uvinza-Musongati-Gitega-Bujumbura-Uvira-Kindu.

Les pays membres de la Communauté Est Africaine quant à eux ont reconnu la nécessité de rationaliser le développement du transport ferroviaire et d’harmoniser les opérations dans les principaux corridors de transport.

Il est donc essentiel que le Burundi se dote d’un cadre légal, institutionnel et opérationnel en harmonie avec les impératifs nationaux et régionaux du transport ferroviaire.

Après analyse et débat, le projet a été adopté avec comme observations et recommandations suivantes :

Il faut faire en sorte que le projet de chemin de fer Uvinza-Musongati-Gitega-Bujumbura-Uvira-Kindu aboutisse car il est stratégique pour le Burundi ;

Il faut que le Burundi montre de gestes concrets pour la mise en œuvre de ce projet, entre autre la mise en place de cette loi ;

Il faut profiter des bonnes relations existant entre le Burundi et la Tanzanie pour mettre en œuvre ce projet ;

Les documents en rapport avec ce projet qui sont prêts et qui concernent le Burundi et la Tanzanie devraient être signés le plus rapidement possible pour concrétiser l’engagement de ces pays ;

La diplomatie devrait travailler beaucoup avec des données concrètes pour montrer à la Tanzanie l’intérêt de faire passer le chemin de fer au Burundi par rapport à d’autres itinéraires qui lui seraient proposées ;

Il est important d’introduire auprès de la BAD une demande conjointe du Burundi, de la Tanzanie et de la République Démocratique du Congo pour financer le projet de chemin de fer Uvinza-Musongati-Gitega-Bujumbura-Uvira-Kindu, conclu le communiqué de presse.

Vue partielle des membres du gouvernement