• ven. Mai 24th, 2024

Le secteur des TIC connaît un développement très rapide au Burundi, selon le ministre en charge des TIC

ByAdministrateur

Jan 26, 2022

BUJUMBURA, 25 jan (ABP) – Le secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC) est un secteur qui connaît un développement très rapide et des mutations importantes, a fait remarquer lundi 24 janvier 2022, le ministre de la Communication, des Technologies de l’information et des Médias, Mme Léocadie Ndacayisaba, au cours de la présentation du bilan des réalisations du premier semestre de l’exercice 2021-2022.

Selon Mme Ndacayisaba, ce développement très rapide des TIC au Burundi fait que le ministère doit suivre de près ce secteur pour ne pas être en déphasage avec le monde. Cela exige que certains textes doivent être retouchés pour s’adapter au moment et à l’évolution des TIC, a-t-elle souligné, signalant ainsi avoir organisé des réunions à l’intention des intervenants dans le secteur des TIC.

                         Vue partielle des invités

Quant aux réunions organisées à cet effet, Mme Ndacayisaba a cité notamment les ateliers de renforcement des capacités des points focaux TIC de toutes les institutions publiques, la tenue d’une réunion de réflexion sur la mise à jour du cadre légal et règlementaire du secteur des TIC, la révision du cadre légal régissant le Fonds de service universel dont le projet a été adopté par le Conseil des ministres et se trouve en attente de signature par le président de la République, M. Evariste Ndayishimiye.

Dans le même ordre d’idées, Mme le ministre en charge des TIC a fait savoir que huit institutions ont également été dotées des kits de vidéo-conférence dans le cadre du programme d’appui à la continuité des services publics en période de la pandémie de Covid-19. Le centre des données du Secrétariat exécutif des technologies de l’information et de la communication (SETIC) a été rendu opérationnel. Aujourd’hui, quatre sites des ministères sont hébergés dans ce centre, a indiqué le ministre ayant les TIC dans ses attributions.

Mme Ndacayisaba n’a pas manqué de faire remarquer qu’une semaine dédiée à l’innovation dans les TIC a été organisée en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). « Des jeunes ont démontré leurs talents et des prix ont été décernés aux meilleurs talents par le chef de l’Etat lors de la clôture de cette semaine », a-t-elle signalé.

Dans le secteur des Télécommunications, l’Office national des télécommunications (ONATEL) a retenu l’attention du ministère durant ce premier semestre. En effet, l’ONATEL connaît des difficultés de fonctionnement depuis quelques années et sa redynamisation préoccupe le ministère de tutelle. Ainsi, des actions de tentative de redressement ont été entreprises par le ministère ayant les Télécommunications dans ses attributions. A côté des orientations et des conseils donnés aux gestionnaires de l’entreprise, une note sur la redynamisation de l’ONATEL a été produite et envoyée au gouvernement pour analyse. Lors du Conseil des ministres, cette note a été adoptée et une commission mixte a été mise en place pour définir une feuille de route de mise en œuvre du contenu de la note et des recommandations formulées par le conseil des ministres.

Dans le secteur postal, elle a signifié que la Régie nationale des postes (RNP), à travers ses bureaux se trouvant dans toutes les communes du pays, a continué à faciliter les fonctionnaires à recevoir leurs salaires. Ces bureaux ont également aidé la population à payer les frais des engrais. Plus de 800 comptes courants ont été également ouverts et des crédits ont été accordés aux clients, a fait remarquer le ministre qui a les Postes dans ses attributions.

Quant aux défis rencontrés dans l’accomplissement des missions assignées au ministère de la Communication, des Technologies de l’information et des Médias, Mme Ndacayisaba a cité le manque de moyens de déplacement pour les médias appelés à se déployer sur terrain pour couvrir les activités des institutions et pour la production des émissions. L’autre défi majeur est la non disponibilité à temps des moyens financiers provenant du ministère ayant les Finances dans ses attributions, ce qui handicape la réalisation des missions assignées au ministère.

Le ministre de la Communication, des Technologies de l’information et des Médias a aussi signalé que l’insuffisance du personnel dans certains départements suite au départ à la retraite ou pour les autres raisons, a eu aussi des effets sur le travail accompli.

La pléthore du personnel dans certains départements, occasionnant ainsi une masse salariale élevée, a été aussi un handicap, a ajouté Mme Ndacayisaba avant d’inviter les différents départements de son ministère à redoubler d’efforts durant le second semestre de l’exercice 2021-2022.