• lun. Avr 22nd, 2024

Célébration du 31e anniversaire de l’adoption de la charte de l’unité nationale

ByAdministrateur

Fév 8, 2022

GITEGA, BUJUMBURA, BUBANZA, KARUSI, KAYANZA, MAKAMBA, RUYIGI, 7 fév (ABP) – La population burundaise a procédé, samedi le 5 février 2021, à la célébration du 31e anniversaire de l’adoption de la charte de l’unité nationale.

En province Gitega (centre du pays) les cérémonies marquant la célébration du 31e anniversaire de l’adoption de la charte de l’unité nationale ont été pilotées par le vice-président de république du Burundi, M. Prosper Bazombanza.

Dans son allocution de circonstance, M. Bazombanza a interpellé le peuple burundais au maintien de l’unité nationale pour pouvoir réaliser les projets de l’année 2022 dédiée, au niveau national, à l’agriculture. L’unité nationale a conduit le Burundi à se débarrasser du joug colonial, en tête avec le héros de l’indépendance nationale, le prince Louis Rwagasore, a-t-il expliqué.

Des diplomates accrédités au Burundi et des hauts cadres du pays

Il a ajouté que l’unité est une valeur ancestrale qui a permis le tissage des liens asociaux, la solidarité pendant les moments heureux ou malheureux et le combat des ennemis de la nation.

Il a émis des regrets contre les colonisateurs pour avoir inventé l’ethnisme, signifiant que leur objectif primordial n’était autre que de diviser les Burundais pour mieux régner sur eux. Ainsi, il a émis des recommandations aux différents groupes sociaux en vue de la sauvegarde de l’unité nationale.

Aux cadres de l’État, il a demandé d’en découdre avec tout comportement pouvant nuire à l’unité nationale, entre autres la corruption, l’injustice, le régionalisme, la jalousie, la discrimination et l’égoïsme, arguant que ces maux conduisent à l’effritement de la cohésion nationale.

Aux parents, il a demandé de bien éduquer leurs progénitures vers le patriotisme. Quant aux enfants, le vice-président de la république a recommandé de suivre scrupuleusement les conseils des adultes pour ne pas sombrer dans des comportements pervers.

Le gouverneur de la province de Bujumbura et son chef de cabinet

A la population, il a demandé d’entretenir la solidarité, le respect mutuel et l’assiduité au travail pour engager le Burundi sur la voie du développement.

            Les cérémonies avaient débuté par une prière œcuménique suivi du dépôt des gerbes de fleurs sur le monument de l’unité nationale et ont vu la participation des parlementaires, de membres du gouvernement, des hauts cadres de l’État, des ambassadeurs accrédités au Burundi, des responsables des services étatiques et paraétatiques et d’une population de la ville de Gitega et ses périphéries.

En province Bujumbura (ouest du Burundi), les cérémonies du jour au niveau provincial se sont déroulées au chef-lieu de la commune Mutimbuzi.

Le gouverneur de cette province M. Désiré Nsengiyumva a indiqué dans son discours que la journée du 5 février nous rappelle que les burundais ont adopté de tourner la page désormais pour mettre fin aux chicaneries et s’engager à vivre ensemble la main dans la maison, mais ce répit n’a pas duré longtemps car quelques années après, les Burundais se sont entretués.

Actuellement, a-t-il poursuivi, nous avons compris que nous devons impérativement vivre ensemble en frères et sœurs car Dieu nous a créés en son image. Cependant, a lancé M. Nsengiyumva, il y a une autre forme de division qui tient sur l’origine régionale, religieuse ou autre, qui doit être bannie. Il a mis en garde les paresseux qui passent tout le temps sur les réseaux sociaux à propager les rumeurs, signalant que ces gens n’ont pas de place en province Bujumbura.

Il a saisi cette occasion pour les inviter à se joindre aux autres dans les travaux de développement, à adhérer aux coopératives comme le recommande le gouvernement responsable et laborieux.

Le gouverneur de la province Bujumbura a appelé les responsables à tous les niveaux à la bonne gouvernance, soulignant qu’il se remarque une mauvaise gestion de la chose publique et la corruption dans certains services. Selon lui, la lutte contre les divisions de tout genre est un combat de tout le monde qui doit être perpétuel, profitant de cette opportunité pour appeler tout un chacun à contribuer dans la lutte contre toute forme de division et d’où elle vienne.

En province Bubanza (nord-ouest du Burundi), les festivités ont eu lieu au chef-lieu de province où la population de toutes les 5 communes composant la province s’était rencontrée, et étaient rehaussées par le gouverneur de la province Bubanza, Cleophas Nizigiyimana. Et Seuls 2 partis politiques, à savoir le CNDD-FDD et le CNL ont déposé leurs gerbes de fleurs au monument de l’unité, a-t-on constaté sur place.

Vue partielle des participants aux cérémonies à Bubanza

Dans son allocution, le gouverneur de la province Bubanza a appelé les habitants sur place à la sauvegarde de l’unité qui, selon lui, est une réalité en province Bubanza. Il leur demande, aussi, à dépasser leurs différences, de bannir toute forme de division et de rester solidaire, en agissant comme un seul homme dans la mise en œuvre de leurs projets de développement. L’appel aux fonctionnaires des différents services est de servir de bonne référence dans l’augmentation de la production agricole.

A noter que les festivités ont été débutées par une prière à la Cathédrale Christ Roi de Bubanza.

En province Karusi, la commémoration de la fête de l’unité a eu lieu à la place de l’unité, après la messe et le dépôt des gerbes de fleurs successivement par les représentants de l’administration, des partis CNDD-FDD, APDR et UPRONA.

Mme Calinie Mbarushimana gouverneur de province a signalé que l’adhésion massive et effective dans les coopératives Sangwe qui sont sur toutes les collines est un atout à la cohésion sociale et signe de l’unité nationale.

Elle a rappelé que la charte de l’unité est un signe éloquent d’un passé sombre que le Burundi a vécu. Des crises répétitives motivées par les divisions ethniques et régionales ont endeuillé le pays, ce qui a obligé le gouvernement à mettre en place la commission vérité réconciliation comme remède, croit Mme Mbarushimana. Une autre solution de grande importance est la politique de création et de financement des coopératives Sangwe, a-t-elle dit. C’est une occasion de rassemblement et de travailler ensemble et surtout de partager les récoltes, un processus favorisant la cohésion sociale selon le gouverneur de la province Karusi. Elle en a profité pour inviter la population à la préparation de la saison culturale B et à se prévenir contre la pandémie de Corona virus.

Le gouverneur de la province de Karusi s’adressant à la population

En province Kayanza (nord), les festivités relatives au 31e anniversaire de la charte de l’unité nationale ont été ouvertes par une messe célébrée à la paroisse Christ Roi sise au chef-lieu de la province Kayanza. Elles se sont poursuivies par le dépôt des gerbes de fleurs au monument de l’indépendance. Étaient présents à ces cérémonies les chefs de services tant communaux que provinciaux ainsi que des administrateurs communaux.

Dans son discours de circonstance, le gouverneur de Kayanza, le colonel Rémy Cishahayo, a indiqué qu’il est temps de faire un regard rétrospectif sur le passé sombre qu’a connu le pays. Pour lui, il faut en tirer une leçon pour ne pas y retomber. Ainsi, il a demandé aux habitants de Kayanza d’être caractérisés par l’unité, la solidarité et l’esprit de travail coopératif du fait que, selon lui, ces coopératives permettront d’enraciner l’unité des burundais.

En province Makamba, les festivités étaient rehaussées par le gouverneur de province en compagnie des chefs de services. Le gouverneur de Makamba Mme Françoise Ngozirazana a indiqué que l’unité est une réalité au Burundi, raison pour laquelle le pas franchi dans le développement est satisfaisant. Elle a ajouté que c’est grâce à l’unité que nos ancêtres ont pu combattre les ennemis du Burundi.

Le gouverneur de la province de Makamba au milieu de l’agent de la sécurité et celui de la défense nationale

 

Elle a demandé à la population de redoubler d’efforts pour se développer davantage, en s’associant en coopératives dans le but d’autonomiser leurs familles, tout en signifiant que la paix et la sécurité sont le socle de tout développement.

Elle a également demandé aux parents d’inculquer les mœurs et les coutumes burundais dans leurs enfants, rappelant la population de renforcer les familles en respectant le code des personnes et des familles, combattre ceux qui veulent pratiquer la polygamie et d’autres maux qui hantent les familles.

En province Ruyigi, cérémonies de la célébration du 31e anniversaire de l’unité se sont déroulées au chef-lieu de la commune et province Ruyigi. Le gouverneur de la province Mme Emerencienne Tabu appelle la population de Ruyigi à faire de leur unité un capital de développement inclusif   en surmontant leurs différences. Elle les appelle également à continuer leur lutte préventive contre le covid-19, qui est toujours une réalité dans sa province malgré la baisse sensible des effectifs de contamination.