• mar. Mar 5th, 2024

Vers plus de plaidoyer en faveur de l’augmentation du budget alloué aux secteurs publics

ByAdministrateur

Avr 8, 2022

NGOZI, 5 avr (ABP) – Le sénat burundais a clôturé la semaine dernière à Ngozi un atelier de 3 jours sur l’analyse et l’exploitation de la loi de règlement et de compte rendu budgétaire à l’endroit des parlementaires membres des commissions permanentes en charge des finances. Selon le représentant de l’UNICEF qui a financé l’activité, il s’agit d’un troisième type de la loi des finances qui relate le compte rendu du budget que le parlement autorise chaque année. Elle relate également toutes les structures et procédures suivies en commençant par les principes budgétaires, les procédures et la nomenclature, bref toutes les étapes des procédures budgétaires. Comme le parlement a la mission de contrôle budgétaire, vote de loi, de l’action gouvernementale et de représentation du peuple, il doit veiller à ce que les intérêts de certaines catégories dont les enfants soient pris en compte.

Au cours de cet atelier, les parlementaires ont eu l’occasion d’être suffisamment outillés pour plaider en faveur des investissements dans les secteurs sociaux comme le prévoit le Programme National de Développement du Burundi.

Selon une étude de l’UNICEF sur l’analyse des bénéfices de l’investissement dans les secteurs sociaux, il a été prouvé qu’un seul Franc investi dans le secteur de la santé génère en trente jours 16 FBu. Pour l’éducation, il générera 13 FBu sur la même période. Dans la petite enfance, un FBu investi aujourd’hui produira 18 FBu en 2050.

Selon le président de la commission permanente chargée des finances au sénat, l’atelier a été une grande plus-value pour le travail parlementaire pour plus de transparence et bonne gouvernance budgétaire aboutissant à la bonne gestion de la chose publique. Il a invité les représentants du peuple à mener plus de plaidoyer pour l’augmentation du budget des secteurs sociaux et renforcer la culture de redevabilité. L’atelier avait connu aussi la présence des présidents des commissions permanentes et des cadres des deux chambres du parlement.