• ven. Mar 1st, 2024

Les chefs d’Etat recommandent de mener des actions concrètes pour ramener la paix à l’Est de la RDC

ByAdministrateur

Avr 22, 2022

BUJUMBURA, 22 avr (ABP) – Le chef de l’Etat burundais, M. Evariste Ndayishimiye, est rentré jeudi le 21 avril 2022 en provenance de Nairobi au Kenya où il a participé à une réunion des chefs d’Etat des pays frontaliers de la République démocratique du Congo (RDC) dont l’objectif principal de cette réunion était de faire une analyse approfondie et objective sur les actions concrètes à mener pour ramener la paix à l’Est de la RDC.

Cette réunion a vu la participation de la RDC, du Burundi, de l’Ouganda et du Rwanda, des pays qui ont des groupes des criminels qui se cachent à l’Est de la RDC, a précisé le président Ndayishimiye à son arrivée à l’aéroport international Melchior Ndadaye, signalant que cette réunion était présidée et facilitée par le président de la République du Kenya, qui est en même temps président de l’East African Community (EAC), M. Uhuru Kenyatta.

Les chefs d’Etat ont constaté que la région de l’Est de la RDC héberge deux catégories de groupes de criminels qui opèrent dans cette partie de la RDC. Il s’agit des groupes armés locaux et des groupes armés étrangers.

Pour la première catégorie des groupes armés, les chefs d’Etat ont recommandé que ces derniers doivent participer inconditionnellement au processus politique et de dialogue qui commence aujourd’hui le 22 avril 2022, tandis que les groupes armés étrangers doivent regagner leurs pays respectifs sans condition aucune. Les récalcitrants vont être considérés comme des forces négatives et traités par des mécanismes militaires de la région, a signalé le président de la République du Burundi.

A cet effet, les chefs d’Etat ont décidé de constituer une force régionale qui va alors s’occuper des opérations pour ramener l’ordre dans cette région de la RDC. Ils ont recommandé que les chefs des forces de défense de chaque pays se rencontrent dans deux semaines pour planifier comment se fera l’opération compte tenu de cette situation. « Et nous nous sommes convenus que d’ici un mois, nous allons encore nous rencontrer pour entendre le plan d’action qui sera présenté par les chefs des forces de défense des pays respectifs », a poursuivi le président Ndayishimiye.

Le président Ndayishimiye a profité de l’occasion pour lancer un appel, encore une fois, aux Burundais qui sont à l’extérieur du pays en général et à l’Est de la RDC en particulier à regagner leur pays natal sans condition aucune. « S’ils ont commis des crimes dans le pays, ils seront traités humainement comme des enfants de la nation. S’ils continuent à persévérer, ils vont subir ces mesures qui ont été prises par les chefs d’Etat », a souligné le président de la République du Burundi.

Les chefs d’Etat ont également décidé d’engager les deux pays qui n’étaient pas présents dans cette réunion, la Tanzanie et le Soudan du sud. La Tanzanie est aussi frontalière de la RDC et dans le cadre de recrutement de ces groupes armés, ils cherchent aussi des jeunes tanzaniens, d’où toute la région doit être impliquée dans ce processus, a souligné le président Ndayishimiye.

La réunion des chefs d’Etat tenue à Nairobi au Kenya le 21 avril était très importante car elle a abouti à des décisions qui vont permettre à la région d’être stable comme d’autres régions du monde, a conclu le chef de l’Etat burundais, M. Evariste Ndayishimiye.