• mer. Fév 21st, 2024

Journée portes ouvertes du centre d’études et de documentations juridiques

ByAdministrateur

Avr 26, 2022

BUJUMBURA, 23 avr (ABP) – L’assistante du ministre de la justice, Mme Gaudence Nasasagare, a procédé le 22 avril 2022, à l’ouverture de la journée portes ouvertes du centre d’études et de documentations juridiques (CEDJ), pour la présentation officielle de la 3ème édition des codes et lois du Burundi et le lancement national de la 4ème édition.

Dans son discours, Mme Nasasagare a rappelé que depuis sa création en 2004, le CEDJ a pour mission de publier tous les textes législatifs et réglementaires et d’assurer une meilleure diffusion et conversation du droit tout en participant à l’alimentation du trésor public.

A cet effet, elle a ajouté que les missions du CEDJ cadrent avec les objectifs que s’est fixé le ministère de la justice à travers la stratégie sectorielle 2021-2027 et le plan d’action annuelle. Elle a fait savoir que le CEDJ doit participer à l’amélioration de l’accès aux services judicaires notamment par la production et la publication régulière des textes normatifs et produire, au mois de juin 2023, la 4ème édition des codes et lois.

Prenant la parole, le directeur du CEDJ, M. Cyprien Bigirimana a rappelé certaines des missions du CEDJ. Il s’agit notamment de la diffusion des lois et règlements, la réalisation des travaux de mise à jour régulière des codes et lois du Burundi, réalisation de toute étude juridique en vue de la promotion du droit ainsi que la gestion des bibliothèques du ministère de la justice et l’imprimerie.

A cette occasion, il a précisé que le CEDJ met ses publications à la disposition du public. Il s’agit notamment du bulletin officiel du Burundi, une base de données réglementaire et législative consultable à l’Internet pouvant être consulté à partir de n’importe quel endroit du monde

Enfin, M. Bigirimana a exhorté que le CEDJ, a besoin du soutien du gouvernement via le ministère de la justice et de ses anciens partenaires techniques et financiers, en soulignant que plusieurs domaines ne sont pas suffisamment exploités faute des moyens.