• mar. Mar 5th, 2024

L’ONG Welthungerhilfe a lancé son projet d’autonomisation des jeunes femmes et hommes par la création des opportunités d’emploi

ByAdministrateur

Mai 13, 2022

KIRUNDO, 12 mai (ABP) – L’Organisation non gouvernementale Welthungerhilfe a lancé officiellement mercredi le 11 mai 2022 en province Kirundo (nord du Burundi) son nouveau projet « Skill UP- Nkaburabumenyi » qui consistera à autonomiser les jeunes femmes et hommes par l’Enseignement et la formation technique et professionnelle (EFTP) et la création des opportunités d’emploi, a-t-on constaté sur place.

Selon le directeur pays de Welthungerhilfe, M. Francis Djomeda, l’objectif principal du projet est d’améliorer d’une façon durable les conditions de vie des jeunes femmes et hommes grâce au renforcement des structures formelles d’EFTP et à l’amélioration de l’employabilité. Il a ajouté que les cibles du projet sont trois centres d’enseignement des métiers (CEM) à savoir le CEM Rushubije en commune Ntega, celui de Mwenya en commune Kirundo et celui de Buhoro en commune Bwambarangwe, et le projet se limitera dans ces trois communes.

M. Djomeda a également indiqué que ce projet appuiera 15 facilitateurs des CEM et que 750 participants bénéficieront de la formation professionnelle, des stages et seront organisés en groupes d’épargne et de crédit, sans oublier les communautés environnantes qui seront également touchées.

Le conseiller juridique du gouverneur, M. Pacifique Munyeshaka a, quant à lui, fait savoir que le chômage est une réalité en province Kirundo puisque beaucoup de jeunes qui terminent leurs études ne trouvent pas d’emplois. Il a salué ce projet qui vient pour faire face à ce défi du chômage, précisant aussi que leur cible, des jeunes ayant un âge compris entre 15 et 35 ans est raisonnable.

Quand les jeunes sont vraiment actifs dans leurs activités génératrices de revenus, on doit assister à la hausse de la production du pays et par conséquent, le produit intérieur brut (PIB) doit être haussé également, a martelé le conseiller juridique du gouverneur.

L’un des directeurs des CEM qui seront appuyés par ce projet a fait savoir que le manque d’apprenants reste un grand défi, et que cela est dû à l’entourage qui a constaté que les lauréats de ces centres restent en chômage après la formation. Mais avec ce projet, il a l’espoir qu’il y aura la motivation et qu’on pourra enregistrer beaucoup d’apprenants.

Précisons que l’organisation Burundi Business Incubator (BBIN) est en collaboration avec Welthungerhilfe en ce qui concerne la mise en œuvre du projet.