• mer. Fév 28th, 2024

Lancement officiel du projet « Appui aux femmes entrepreneurs dans les secteurs de l’agrobusiness et de l’artisanat »

ByAdministrateur

Mai 30, 2022

BUJUMBURA, 27 mai (ABP) – Le ministère du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme, en collaboration avec la délégation de l’Union européenne au Burundi a procédé vendredi le 27 mai 2022 à Bujumbura, au lancement officiel du projet  » Appui aux femmes entrepreneures dans les secteurs de l’agrobusiness (fruits, café) et de l’artisanat », qui sera exécuté par le Consortium AVSI /Kaz’o’zah keza dans les provinces de Bujumbura mairie, Bubanza, Gitega, Kayanza et Ngozi.

Le directeur général de l’Artisanat au ministère du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme, M. Pascal Barutwanayo qui avait représenté le ministre, a fait savoir que ledit projet part d’un besoin réel, celui d’autonomiser les femmes surtout les femmes rurales, à travers leur insertion dans un métier qui peut les rendre plus autonomes dans la vie de leurs ménages et dans la communauté.

Selon lui ce projet vient résoudre les défis majeurs auxquels font face les femmes entrepreneurs du monde rural dont l’accès au crédit et au marché.

M. Barutwanayo a aussi précisé que des activités seront réalisées en faveur des groupes des femmes qui sont et qui seront engagées dans les étapes cruciales de la chaîne de valeur. Selon lui l’intervention du projet permettra aux femmes de contribuer au développement économique des provinces cibles.  Pour cette raison, il a indiqué que le ministère en charge du commerce a accepté d’établir un cadre de partenariat avec le Consortium AVSI /Kaz’o’zah keza, pour une mise en œuvre participative, harmonieuse, efficace et efficiente du projet.   Selon lui, le ministère est satisfait du lancement de ce projet qui est en cohérence avec les missions du ministère du Commerce dont la sensibilisation des artisans pour se regrouper dans des coopératives artisanales en vue de l’amélioration de l’accès au financement pour les entreprises, les micros entreprises et surtout les activités génératrices de revenus (AGRs ) des jeunes et des femmes.

L’ambassadeur de l’Union européenne Claude Bochu a, à son tour, fait savoir que ce projet figure parmi les interventions prévues par le nouveau plan d’action sur l’égalité entre les hommes et les femmes (GAPIII) 2021-2025 du Burundi qui se base sur six domaines d’engagement thématique.  Il a cité le fait de garantir l’absence de toute forme de violence de genre, promouvoir la santé et les droits sexuels et reproductifs, renforcer les droits économiques et sociaux et garantir l’autonomisation des filles et des femmes, favoriser la participation et le leadership sur le même pied d’égalité, intégrer l’agenda femmes, paix et sécurité (FPS).

Selon Bochu, ce projet a pour objectif principal de renforcer l’égalité des genres et du  développement économique au Burundi. Il a aussi comme objectifs spécifiques de renforcer les capacités entrepreneuriales et techniques liées à la production, transformation, commercialisation des produits des micros et petites entreprises féminines, individuelles et collectives, amélioration de l’accès au financement pour les entreprises et micro-entreprises féminines, le renforcement de la participation de la société civile dans la promotion de l’équité de genre et en particulier dans l’autonomisation économique des femmes burundaise.

Selon la représentante légale de Kaz’o’zah keza Mme Ange Muyumbira le projet est financé par l’Union européenne à hauteur de 1.111.282,74 euros, pour une durée de deux ans (2022-2024). Elle a ajouté que le projet va cibler 40 associations ou coopératives de producteurs, 10 petites et moyennes entreprises dans le domaine de la transformation et commercialisation, 50 jeunes femmes agents de ventes, 250 femmes vulnérables micro entrepreneurs, 3 organisations de la société civile féminines locales, ainsi que 5 000 personnes bénéficiant des initiatives sur l’égalité de genre. Elle a précisé que les bénéficiaires de ce projet seront sélectionnés  par le Consortium AVSI et Kaz’o’zah keza en collaboration avec le ministère du Commerce et  l’administration locale.