• ven. Mar 1st, 2024

Mise en garde des contrevenants aux mesures préventives de la fièvre de la vallée du rift

ByAdministrateur

Juin 9, 2022

RUYIGI, 8 juin (ABP) – La population de la province de Ruyigi est mise en garde qu’il est toujours interdit d’abattre et de consommer de la viande de vache , moutons et chèvres dans cette province et,  que tout individu qui passera outre  cette mesure de prévention contre la fièvre de la vallée du rift s’expose à des sanctions extrêmement sévères.

Cet appel a été lancé par le directeur du BPEAE Ruyigi, Rénovât Simuzeye au moment où  une partie de la population semble lassée d’observer cette mesure préventive. Le gouverneur  de Ruyigi, Madame Tabu Emerencienne a également martelé le même message au cours d’une réunion de lundi le 6 juin 2022 avec les chefs de services de l’Etat œuvrant dans cette province.

Comme l’indique le Directeur du BPEAE Ruyigi, cette province n’a pas encore connu de cas d’animal infecté à la fièvre de la vallée du rift. Il prévient pourtant que cela ne doit pas constituer l’objet de vivre comme si ce fléau n’existe pas ailleurs dans d’autres provinces et même dans celles frontalières à Ruyigi. Il souligne en effet que les provinces Gitega et Karusi connaissent plusieurs cas d’animaux infectés et que donner accès à la libre circulation interprovinciales des animaux et autoriser l’abattage et la consommation des ruminants équivaudrait à les mettre en danger et que la propagation deviendrait difficile à contrôler.

Le gouverneur de Ruyigi, Madame Emmerencienne Tabu prévient et met en garde la population de sa province de ne jamais prêter une oreille attentive à toute information qui circule sur les réseaux sociaux sans s’en référer aux sources officielles et administratives.

Elle précise que faire fi à ces mesures préventives constitue un danger communautaire qui peut déboucher sur une catastrophe humanitaire dont l’origine serait un groupe de gens qui semblent lassées de vivre sans manger de  la viande. Elle rappelle que cette maladie est contagieuse entre animaux, entre animaux et humains et même les humains entre eux.

Elle prévient qu’aucune alternative ni exception n’est prévue quant à cette mesure préventive et que tout contrevenant devra et sera sévèrement sanctionné. A cet effet, le gouverneur interpelle toute la population de sa province, les administratifs à la base et même le comité mixte de sécurité de garder un œil vigilant  pour que tout animal abattu  soit enterré et que tout contrevenant soit traduit devant la justice.