• dim. Juin 16th, 2024

L’infertilité masculine est une réalité selon le médecin gynécologue

ByAdministrateur

Juil 14, 2022

BUJUMBURA, 13 juil (ABP) – L’infertilité masculine est une réalité. C’est une affirmation  du médecin spécialiste en gynécologie obstétrique œuvrant à l’hôpital clinique prince Louis Rwagasore, Dr Cyriaque Nduwino, lors d’une interview accordée à l’agence Burundaise de Presse (ABP), mardi le 12 juillet 2022 à Bujumbura.

Au moment où certains burundais, lors du problème de l’infertilité d’un couple quelconque, accusent la femme seule, Dr Nduwino prouve le contraire. Il a expliqué qu’on dit qu’un couple est infertile d’une manière générale, lorsque ce dernier ne parvient pas à obtenir une grossesse dans un délai d’une année ou plus, en cohabitant ensemble avec des rapports sexuels réguliers non protégés. Il a précisé que l’infertilité masculine existe et que  le diagnostic de l’infertilité masculine se fait par utilisation de  plusieurs tests cliniques et de l’évaluation du sperme.

S’agissant des causes de l’infertilité chez l’homme, Dr Nduwino indique que les principales causes de l’infertilité masculine se classent en trois catégories. Il a cité les causes mécaniques  qui sont surtout liées à une maladie au niveau testiculaire. Il a donné l’exemple de la varicocèle qui correspond à une dilatation d’une veine au niveau du cordon spermatique qui va perturber le fonctionnement normal des testicules. Il y a aussi la cryptorchidie  qui est une trouble de migration du testicule. Il a également signalé l’éjaculation rétrograde qui correspond en une éjaculation du sperme dans la vessie causée généralement par la prise de certains médicaments, certaines interventions chirurgicales ou le diabète peut elle aussi être à l’origine de l’infertilité masculine.

Il n’a pas manqué de mentionner qu’il y a des causes hormonales de l’infertilité masculine. Dans ce cas on parle d’hypogonadisme qui est défini par défaut de testostérone associé à une diminution de la production des spermatozoïdes. Le diabète, l’hyperthyroïdie, la tumeur hypophysaire et autres, peuvent être responsable de hypogonadisme responsable de l’infertilité chez l’homme. Il y a aussi la catégorie des causes liées à des anomalies spermatiques. Ces dernières correspondent à des anomalies qui touchent le nombre, la mobilité, la motilité et la forme des spermatozoïdes.

Selon le gynécologue obstétricien Nduwino, à part les causes organiques, hormonales et spermatiques, les causes environnementales peuvent être elles aussi à l’origine de l’infertilité chez l’homme. Le tabagisme, l’alcool en excès, la pollution, le stress et une mauvaise hygiène alimentaire sont également responsables de l’altération de la qualité du sperme.

Dr Nduwino a fait savoir que l’on peut se prévenir des causes environnementales, et que c’est impossible de se prévenir des causes mécaniques qui sont des étiologies ou des causes pathologiques qui peuvent être traitées. Il a précisé que le taux de prévalence de l’infertilité masculine au Burundi n’a pas encore été calculé, tout en faisant remarquer que  l’infertilité chez l’homme est une réalité et qu’il y a des cas que l’on a déjà détectés.

Le gynécologue obstétricien a invité toutefois les couples infertiles à se rapprocher des établissements sanitaires pour pouvoir détecter s’il s’agit de l’homme qui a le problème ou si c’est la femme, pour pouvoir leur prendre en charge.

Il est à signaler que dans la société burundaise, en l’absence d’une progéniture dans un couple, c’est la femme qui est pointée du doigt. La femme est considérée comme la cause du problème. Certaines femmes sont victimes de discrimination par les abus, les violences domestiques et certaines sont même répudiées des foyers. On peut entendre des phrases comme « Elle est venu faire disparaitre la lignée » (Yaje guhonya umuryango).