• mer. Sep 28th, 2022

Remise officiel de 15 conventions de subsides 2022-2023 en faveur des CEM/CFP

ByAdministrateur

Sep 2, 2022

MURAMVYA, 27 août (ABP) – Le Repreprésentant Résident de l’Enabel au Burundi, M. AbouEl Mahassine Fassi- Fahri, dans le cadre de la coopération belgo burundaise, a procédé, vendredi le 26 août 2022, à la remise de 15 conventions de subsides 2022-2023 en faveur des centres d’enseignement des métiers (CEM) et des centres de formation professionnelle (CFP).

                                              Le représentant résidant d’ENABEL au Burundi

 

Le lancement officiel s’est déroulé dans les enceintes du Centre de Formation Professionnelle de Muramvya (Centre-Ouest) en présence du  Directeur Général de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et des métiers et de l’Ambassadeur du Royaume de Belgique au Burundi, du représentant du gouverneur de Muramvya ainsi que d’autres partenaires techniques.

                                                                                                vue partielle des participants

Ces conventions ont été remises aux 15 centres d’enseignement des métiers et ceux  de formation professionnelle se trouvant dans les 11 provinces d’intervention de L’ENABEL, selon son représentant résidant au    Burundi, Abou El Mahassine Fassi-Fihri.

Ce dernier a fait savoir que le partenariat entre le Burundi et le Royaume de Belgique s’inscrit dans une démarche pérenne car, la promotion d’une éducation de qualité et plus particulièrement la formation professionnelle est l’un des objectifs principaux de la coopération  entre le Burundi et la Belgique en vue d’avoir une main- d’œuvre qualifiée pour l’avenir du pays. Il a précisé que ce programme est porté par le ministère de l’éducation et de la recherche scientifique à travers la direction générale de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et des métiers.

M. Fassi-Fihri a souligné que le partenariat avec le secteur privé est indispensable car, selon lui, c’est le secteur privé qui va créer les emplois d’aujourd’hui et de demain. C’est ce secteur privé qui connait les besoins et qui va présenter au gouvernement le profil dont il a besoin et l’offre de formation doit répondre à cette demande et à  l’économie du pays selon les dires de ce représentant de l’ENABEL Burundi.

Parlant des défis à relever, M. Fassi-Fahri a, au nom de la coopération Belgo burundaise, indiqué qu’il n’est soutenu que neuf ou 10%  des centres des métiers alors que les dernières années ont montré que la totalité des centres soutenus par l’Agence Belge de Développement ont été très performants, à l’instar du centre de formation professionnelle de Muramvya.

Quant au Directeur Général de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et des métiers, Nestor Niyonzima,  il a indiqué que le ministère met pour le moment un accent particulier sur la formation professionnelle et les métiers.

Tout découle du plan national de développement 2018-2027 et l’on a constaté, effectivement, qu’un accent particulier doit être mis sur l’enseignement technique et la formation professionnelle parce qu’il y a lieu de former une main- d’œuvre qualifiée et capable de s’auto-employer afin de diminuer le taux de chômage.

Parlant lui aussi des difficultés enregistrées, M. Niyonzima fait noter l’insuffisance des formateurs qualifiés et le manque d’équipements. Il a néanmoins salué un appui conséquent du gouvernement, via le ministère de tutelle, pour le développement de ce secteur. Il n’a pas manqué de signaler que les partenaires ont été mobilisés pour renforcer l’appui. C’est entre autres, selon M. Niyonzima, le Royaume de Belgique qui est le leader, la Banque Mondiale avec un projet qui va commencer et Suisse  contact.

Notons que depuis 2017, 12029 jeunes ont déjà fréquentés les centres des métiers appuyés par l’ENABEL. C’est au moment où 7205 jeunes ont suivi les formations de niveau CEM et parmi ceux-ci, 52 % sont des filles. Ces résultats sont encourageants et prometteurs, selon l’Ambassadeur du Royaume de Belgique, dans son discours.