• mar. Sep 27th, 2022

Mise en garde contre toute personne semant le désordre

ByAdministrateur

Sep 9, 2022

CANKUZO, 9 sept (ABP) – Le gouverneur de la province Cankuzo (est du Burundi), M. Boniface Banyiyezako, lors d’une séance de moralisation sur le patriotisme en commune Mishiha, le jeudi 8 septembre 2022, a mis en garde les personnes perturbant l’ordre en province, a appris l’ABP sur place.

Au cours de cette séance, le gouverneur Banyiyezako a rappelé que les dirigeants et la population étaient unis. Selon Banyiyezako, les socles du développement comme les coutumes et les mœurs qui les caractérisaient sont aujourd’hui en voie de disparition alors qu’ils devraient être au centre de l’éducation de l’enfant, a-t-il poursuivi.

De ce fait, le gouverneur déplore l’habitude d’adopter des comportements des étrangers et l’oubli de la langue maternelle « le kirundi » interpellant les parents à sa sauvegarde tout en l’apprenant à leurs descendants même quand on est à l’étranger.

Réagissant sur la fraude de haricot et la spéculation sur les produits Brarudi qui ont été évoquées par le secrétaire permanent de cette commune Mishiha, M. Pascal Niragira, le gouverneur de Cankuzo a fait remarquer qu’on n’a pas encore compris ce que c’est l’amour de la patrie. Il a alors demandé à la population d’éviter tout ce qui peut compromettre l’économie du pays.

Il a également exhorté la population à suivre les conseils donnés par les dirigeants et à soutenir les programmes du président de la République visant le développement inclusif.

Par ailleurs, le gouverneur Banyiyezako a mis en garde toute personne qui sème le désordre dans cette province. Là, il faisait allusion aux adeptes de l’église « Abasohoke » non reconnue par la loi mais qui organisent leur culte sous les arbres en commune Mishiha. A ce sujet, le procureur de la République, M. Ferdinand Bazikwankana a précisé que ces adeptes commettent une infraction de rébellion, raison pour laquelle lui et le gouverneur ont recommandé leur arrestation et traduction en justice, une fois repris ce culte illégal.