• lun. Juin 24th, 2024

Au moins 70% d’engrais de type Imbura nécessaire dans chaque province sera disponible à la fin de cette semaine

ByAdministrateur

Oct 18, 2022

GITEGA, 18 oct (ABP) – Le premier ministre burundais, Gervais Ndirakobuca a réuni le lundi 17 octobre 2022 à Gitega (centre du pays), les cadres et hauts cadres des ministères ayant l’intérieur et l’agriculture dans leurs attributions, les gouverneurs de provinces, tous les administrateurs communaux ainsi que les représentants de l’usine FOMI dans le but d’évaluer l’état d’avancement des préparatifs de la saison culturale A.

A cet effet, M. Ndirakobuca a donné l’occasion à chaque gouverneur afin de présenter les intrants agricoles déjà disponibles dans sa province.

vue partielle des participants à la réunion

Il a constaté que la plupart des provinces ont déjà eu plus de 50% de l’engrais Imbura nécessaire pour cette saison culturale A. Il a en outre exhorté les autorités de l’usine FOMI de conjuguer leurs efforts pour que, jusqu’à la fin de cette semaine, tous les provinces aient au moins 70% des engrais Imbura déjà commandé.

Lors de cette présentation faite par les chefs des provinces, le premier ministre a également remarqué que les provinces Cibitoke, Bujumbura et Bubanza n’ont pas assez d’engrais de type Bagara et Totahaza. Il a recommandé à l’usine FOMI d’approvisionner ces types d’engrais dans les meilleurs délais à ces trois provinces.

Le directeur général adjoint de l’usine Fomi, M. Helmenégilde Manyange a fait savoir que toute la quantité d’engrais nécessaire dans tout le pays sera fabriquée dans trois ou quatre jours. Il a signalé qu’ils ont commencé à fabriquer les engrais de 1ère nécessité pour ne pas tarder les agriculteurs, même si cela reste encore un défi.

M. Ndirabuca a aussi recommandé aux administratifs et aux techniciens des bureaux provinciaux de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage (BPEAE) de bien s’assurer sur les quantités d’intrants agricoles disponibles dans les entrepôts provinciaux et communaux et de suivre leur acheminement dans les zones et sur les collines.

Les administratifs et les techniciens des BPEAE sont interpellés à développer et vulgariser à grande échelle les cultures d’exportation, afin d’avoir des devises. Il leur a aussi demandé d’identifier les agriculteurs les plus démunis dont les semences n’ont pas germé ou ont été détruites par le soleil en vue de leur fournir de nouvelles semences pour leur éviter de rater cette saison.

Partant de cela, M. Ndirakobuca a invité les intervenants dans le secteur agricole, à travailler dans la quadrilogie afin de lutter contre la fraude et la spéculation des fertilisants, mais aussi de respecter les prix des différents produits fixés par les instances habilitées pour le bien être de la population. C’est pour cette raison que le premier ministre a invité les administratifs à organiser des fouilles-perquisitions pour saisir les fertilisants commercialisés frauduleusement dans les magasins et de les remettre aux agriculteurs les plus démunis.

Signalons qu’en marge de cette activité, le premier ministre burundais a précisé qu’aucun bar n’est autorisé à hausser les tarifs fixés par ces instances avec prétexte qu’il est bar modèle et qu’il a une autorisation ministérielle. Selon lui, le standard est autorisé pour les hôtels. Il a invité les gouverneurs à supprimer ces catégories de bar.

Il a également recommandé aux administrateurs des communes Mutimbuzi et Rugombo de réduire plusieurs barrières qui s’observent dans ces communes, car dit-il, elles constituent un signe d’insécurité dans le pays alors que la paix et la sécurité règnent partout dans le pays.