• dim. Mai 26th, 2024

Lancement officiel du projet de réintégration socio-économique des jeunes vulnérables en mairie de Bujumbura

ByAdministrateur

Nov 11, 2022

BUJUMBURA, 10 nov (ABP) – La ministre de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre, Mme Imelde Sabushimike a procédé jeudi le 10 novembre 2022 à Bujumbura, au lancement officiel du projet de réintégration socio-économique des jeunes vulnérables dans les zones Buterere et Kanyosha en mairie de Bujumbura financé par la fondation Coca-Cola à hauteur de 149.600 dollars américains et initié par l’association Giriyuja.

                               Vue partielle des jeunes, bénéficiaires du projet de réintégration socio-économique

Dans son allocution, la ministre en charge de la solidarité nationale a d’abord rappelé que les statistiques issues du recensement digital des jeunes diplômés au chômage de 2020, le Burundi a enregistré 286.515 jeunes-chômeurs, dont 132.483 femmes et 153.957 hommes. Ces chiffres montrent également que 86% des jeunes chômeurs qui se sont manifestés, ont le niveau secondaire, près de 10% sont passés à l’université et 1,3% se sont limités à l’école primaire.

Selon Mme Sabushimike, ces chiffres sont complétés par l’ISTEEBU, qui précise que 43% des ménages du Burundi sont pauvres selon l’enquête intégrée sur les conditions de vie des ménages au Burundi de 2019-2020. Cela veut dire qu’en général, les familles dont sont issus les jeunes chômeurs burundais ne sont pas capables de leur fournir un petit capital de démarrage pour se lancer ne fut ce que dans l’informel. Elle a signalé que l’objectif de ce projet vise l’autonomisation des jeunes à travers la formation et la réinsertion professionnelle en métiers pratiques. Ce projet vise aussi la formation et la mise en place sur le lieu de travail 200 jeunes dont 160 filles en métier de couture et 40 garçons en métier de mécanique automobile et moto. La mise en œuvre de ce projet qui va durer 24 mois, contribuera à la création d’emplois, l’amélioration des conditions de vie, la disponibilité de services et l’encadrement des jeunes. Elle a aussi ajouté qu’après l’apprentissage pratique, bon nombre de familles vont avoir un soufre de soulagement pour leurs enfants qui auront des occupations leur permettant de s’acquérir leurs besoins quotidiens.

Mme Sabushimike a profité de l’occasion pour remercier l’association Giriyuja et la fondation Coca-cola  pour son appui aux efforts du gouvernement de la République du Burundi dans l’encadrement et l’orientation des enfants et des jeunes.

Prenant la parole, le coordonnateur national de l’association Giriyuja, M. Barandagiye a encouragé les jeunes vulnérables. Il a aussi précisé que le projet va contribuer à l’autonomisation des jeunes vulnérables à travers la formation et réinsertion professionnelle en métiers pratiques et s’inscrit dans la droite ligne du gouvernement du Burundi dans sa priorité de recherche des solutions pour les jeunes chômeurs.

Mlle Nsabiyumva Sylvie qui a parlé au nom des bénéficiaires, a remercié l’association Giriyuja et la fondation Coca-cola pour avoir initié ce projet, expliquant que la formation reçue leur permettra à préparer leur avenir. Elle a demandé à l’association Giriyuja de continuer à les encadrer même quand ils seront sur terrain en train d’appliquer ce qu’ils auront appris