• mer. Juin 12th, 2024

Mobilisation à la lutte contre les violences basées sur le genre

ByAdministrateur

Déc 5, 2022

KARUSI, 30 nov (ABP) – Le vice-président de la République M. Prosper Bazombanza a procédé mardi le 29 novembre 2022, au stade de Buhiga en la province Karusi, au lancement officiel de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles, édition 2022, sous le thème « Ensemble activons-nous pour un monde sans violences basées sur le genre ».

                                                                                            Vue partielle des participants aux cérémonies

M. Bazombanza a fait remarquer dans son discours, que tous les hommes et garçons ne sont pas auteurs des violences basées sur le genre. Des cas isolés d’hommes et garçons ont adopté ce comportement marginal, a-t-il ajouté. Toutes les personnes responsables sont appelées à se mobiliser contre ce délit, a insisté le vice-président de la République.

La ministre de la Solidarité nationale, des Affaires sociales, des Droits de la Personne humaine et du Genre, Mme Imelde Sabushimike a annoncé que le gouvernement du Burundi s’est engagé dans une lutte acharnée contre les VBGs et qu’une loi y relative est en vigueur. Elle a demandé à ce qu’elle soit rigoureusement appliquée et que les victimes sortent de leur silence pour dénoncer tout auteur.

A son tour, Damien Mama, coordinateur résident des organisations des Nations unies au Burundi a promis un soutien ferme aux associations et autres organisations militant pour l’égalité et l’équité en général et pour la lutte contre les VBGs en particulier. Il a, en outre, félicité le gouvernement et les confessions religieuses sur les actions menées et celles en cours contre les VBGs.

Dans son mot d’accueil, Mme Dévote Nizigiyimana, gouverneur de la province Karusi a indiqué que sa province a enregistré beaucoup de cas de violences basées sur le genre, de juillet 2021 à juin 2022. Elle a cité les cas de viol, de violence physique, de violence psychologique et économique, les mariages illégaux et autres. Elle a, toutefois,  signalé que des dossiers ont été ouverts en justice, certains ont été déjà clôturés et d’autres pendent. Elle a encouragé les associations locales contre les VBGs et leur a souhaité d’aller vers l’avant dans leurs interventions soutenues.

Signalons que les cérémonies se sont clôturées par l’octroi des certificats aux femmes qui se sont démarquées le plus dans la protection des droits de l’homme en général et des femmes et filles en particulier.