• lun. Fév 6th, 2023

Une Cartographie multirisques, un grand pas vers la prévention des risques et la gestion de catastrophes

ByAdministrateur

Déc 8, 2022

BUJUMBURA, 7 déc (ABP) – Le président de la plateforme nationale de prévention des risques et de la gestion des catastrophes, Anicet Niyonkuru, apprécie les réalisations accomplies dans  ce domaine avec le soutien financier de l’Union Européenne au Burundi,  à travers les projets qu’elle finance dans les ONG qui interviennent dans ce domaine. Il l’a annoncé au moment où la 1ère phase du projet « Résilience », de l’Union Européenne, qui appuie la plateforme, vient d’être bouclée fin 2022.

M. Anicet Niyonkuru a ainsi fait savoir qu’à travers la collaboration  avec OIM, une cartographie multi-risques a été réalisée. Pour lui, cette dernière constitue un outil de planification et de prise de décision qui doit être utilisé par divers secteurs de la vie nationale : l’aménagement des infrastructures, l’éducation, la santé, le cadastre national etc. La plateforme conduit les activités de dissémination de cet outil pour que les gens puissent connaître son contenu et s’en servir, a-t-il dit. Il a fait savoir que cet outil a pris en compte 5 aléas naturels qui sont des aléas majeurs. Il s’agit des  pluies torrentielles, inondations, glissements de terrain, vents violents et le séisme.

S’exprimant par rapport aux autres réalisations accomplies par la plateforme, en collaboration avec les ONG appuyées par l’Union Européenne, dans le cadre du même projet « Résilience », M. Niyonkuru a signalé le quartier Gasekebuye, en commune Muha  avec la réhabilitation du grand ravin qui était en destruction de manière inquiétante. Les maisons et la seule route qui dessert ce quartier ont ainsi été épargnées. Les travaux de curage de la rivière Musasa en province de Rutana sur une distance linéaire de 10 km, sont en cours d’achèvement.

Ces travaux vont contribuer à la sécurité alimentaire par la réhabilitation des stations d’irrigation pour la culture du riz, a-t-il souligné Par ailleurs, la plateforme a ramené dans son lit la rivière Kajeje et trouvé une solution durable contre son débordement qui ne cessait de causer des dégâts, en déterrant les morts dans le cimetière de Mpanda.

Afin de lutter contre l’érosion, en conservant des terres érables, la plateforme en collaboration avec des associations de jeunes, a procédé au traçage des courbes de niveau sur une distance linéaire de 500 km sur les collines du pays. M. Niyonkuru a ajouté que pour soutenir les personnes les plus vulnérables, 260 ménages par province dans 11 provinces du pays ont bénéficié du transfert monétaire et reçu des Cartes d’assurance maladie.

Pour pérenniser les acquis, M. Niyonkuru a exprimé le souhait de voir les prochains projets s’étendre sur 5 ans voire plus. C’est au moment où la 1ère phase du projet « Résilience » vient de durer 3 ans. Il a aussi recommandé la mise en place d’un mécanisme d’alerte précoce multi-risques, d’opérationnaliser le centre national d’Opérations d’urgence. Enfin, de mettre en place 4 structures de réponse aux urgences au niveau des provinces telle que prévue dans le Plan National de Développement du Burundi (PND 2018-2027).