• lun. Juil 15th, 2024

Apprentissage des métiers, un combat contre le chômage

ByAdministrateur

Jan 3, 2023

GITEGA, 3 jan (ABP) – Les hommes qui exercent le métier de maçonnerie dans la capitale politique du pays (centre du pays) se réjouissent de ce métier et appellent les jeunes notamment scolarisés à apprendre des métiers quoi qu’ils soient pour combattre le chômage et gagner honnêtement leur vie, car disent-ils, le gouvernement ne peut, en aucun cas, embaucher tous les diplômés.

Onésphore Bakunduwukize a indiqué qu’il exerce le métier de maçonnerie pendant 11 ans. Il a affirmé qu’il s’est marié grâce à ce métier légué par son père et qu’il assure la scolarité de ses cinq enfants sans problème. Ça lui aide à réaliser divers projets qui lui permettent de bien assurer la survie de sa famille, a-t-il ajouté.

Malgré ces avantages, M. Alphonse Manirambona, exerçant le même métier il y a 45 ans, a révélé que les maçons se confrontent souvent à diverses difficultés au travail. Il s’agit notamment des accidents de travail, la non perception de leur dû après l’exécution de leur tâche, les maladies en milieu de travail et les tortures pour certains. Il a, à cet effet, signalé que souvent, certains employeurs croisent les bras en cas de ces difficultés.

Manirambona a suggéré au gouvernement du Burundi de mettre en place la loi régissant ces catégories d’employés, pour l’amélioration de leur santé. Les deux maçons interpellent leurs collègues à adhérer dans des associations ou chaînes de solidarité pour épargner l’argent qui peut les aider en cas des problèmes familiaux ou d’un accident de travail. Partant de cela, ils ont aussi interpellé leurs employeurs à venir en aide à leurs employés en cas des accidents de travail, en assurant leurs soins santé.

Sieurs Manirambona et Bakunduwukize appellent aussi les jeunes en quête d’emploi, à adhérer dans des coopératives et à apprendre plusieurs métiers afin de s’auto-développer sans toujours tenir compte de l’emploi public ou dans des organisations non gouvernementales (ONGs).