• mar. Juin 18th, 2024

L’année 2023, dédiée à la prise de conscience des leaders pour leur rôle dans le développement du pays et de la population

ByAdministrateur

Jan 4, 2023

BUJUMBURA, 2 jan (ABP) – Le président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye a indiqué que l’année 2023 est dédiée à la prise de conscience des leaders pour leur rôle dans le développement du pays et de la population. C’était dans le discours à la nation qu’il a prononcé le 31 décembre 2022, où il a exprimé ses meilleurs vœux à toute la population Burundaise.

A ce propos, il a exprimé ses vœux de voir le Burundi de 2023 différent de celui de 2022 surtout en développement du pays. « Que les mauvais comportements de l’année écoulée ne nous poursuivent pas en 2023 ».

Dans cet objectif, le président de la République a annoncé que pour y arriver, le thème retenu pour toute l’année interpelle les leaders du pays d’accomplir correctement leur rôle et de donner des orientations nécessaires à la population pour que celle-ci travaille en synergie.

Le président de la République a rappelé que «  le gouvernement responsable et laborieux » est à l’œuvre depuis 2 années et demie. Saluant le pas déjà franchi  malgré un long chemin qui reste à parcourir. Il a expliqué que le Burundi connait actuellement la paix et la sécurité sans précédent et soutient les autres pays pour en avoir, en référence aux opérations de maintien de la paix dans lesquelles le Burundi est engagé.

Au niveau de la bonne gouvernance, M. Ndayishimiye a fustigé le comportent de certains dirigeants hauts placés qui sont corrompus, qui dilapident les deniers publics, qui affichent un comportement d’indifférence par rapport à leur responsabilité. Des comportements qui se remarquent aussi au sein de la population qui n’a pas encore compris qu’elle est concernée par la protection du bien commun, en voulant s’accaparer des richesses communes, vendre nos richesses à l’étranger de façon frauduleuse.

Malgré ce tableau peu reluisant, le président de la République, a expliqué que la plupart de ceux-ci, ont déjà appris la leçon, commettent ce forfaits en cachette car ils ont peur d’être appréhendés.

Au niveau de la justice, le chef de l’Etat constate que des lacunes sont encore constatées. Il a précisé que sa présidence est confrontée à des tords qui remontent à plusieurs années dans ce secteur. Malgré cela, le président de la République a fait savoir que des avancées sont à constater. Ainsi, l’ampleur de la mainmise de certains hauts cadres du pays qui empiétaient sur le travail de la justice a diminué, tout en relevant qu’à ce jour aucun délit commis ne passe inaperçu.

  1. Ndayishimiye a fait savoir qu’il y a de l’espoir qu’avec la mise en place « du tribunal collinaire, intahe yo ku mugina » et la tenue des états généraux de la justice, il y aura une amélioration, car même les cadres de la justice qui sont reconnus coupables d’exactions sont punis, a-t-il signalé.

S’exprimant à propos des dossiers qui sont pendants au sein de la Commission National des Terres et Autres Biens (CNTB), M. Ndayishimiye a expliqué que les règlementations en la matière sont en cours de révision afin que ces dossiers soient transférés au sein de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR).