• lun. Juil 15th, 2024

L’infertilité affecte les hommes et les femmes de manière égale

ByAdministrateur

Mar 3, 2023

BUJUMBURA, 24 fév (ABP) – La fondation Merck présidée par Dr Rasha Kelej en partenariat avec la première dame de la République du Burundi, Angeline Ndayishimiye, ambassadrice de la campagne  » Plus qu’une mère » de la fondation Merck, a organisé jeudi le 23 février 2023, une formation à l’endroit des professionnels des médias burundais pour leur expliquer comment ils peuvent sensibiliser la société burundaise sur certaines thématiques surtout celui de briser la stigmatisation liée à l’infertilité.

Dans son allocution d’ouverture, la présidente de la fondation Merck, a d’abord remercié la première dame de la République du Burundi pour sa bonne collaboration avec la fondation Merck en rapport avec la promotion de la campagne  » Plus qu’une mère », » Educating Linda  » tous étant des campagnes de la fondation Merck . Elle a fait savoir aussi que l’objectif de cette formation est de mettre l’accent sur le rôle important que jouent les médias pour influencer la société afin de créer un changement culturel dans le but de briser la stigmatisation liée à l’infertilité, soutenir l’éducation des filles, l’autonomisation des filles et des femmes dans l’éducation. Les médias doivent aussi exploiter des sujets en rapport avec les violences sexuelles et celles basées sur le genre, le mariage des enfants.

Mme Rasha Kelej a aussi précisé que les journalistes burundais doivent sensibiliser la population sur  comment se prévenir du diabète, l’hypertension en faisant le dépistage précoce et en adoptant un  mode de vie sain. Elle a profité de cette occasion pour annoncer un appel à la candidature pour les prix médias de la fondation Merck 2023 par rapport aux sujets cités en haut.

Dr Gilbert Nibitanga, gynécologue obstétricien et diplômé de la fondation Merck, lui a fait une présentation sur  » La prévention de l’infertilité »  et sur « l’infertilité masculine ». Il a fait savoir que parmi les principales causes de l’infertilité figurent les maladies non transmissibles non traitées, les avortements clandestins, le stress, les infections non traitées comme la chlamydiose et la gonorrhée chez la femme, le VIH Sida, les toxines industrielles et environnementales, la consommation d’alcool, du tabac, des drogues, l’obésité, la maigreur extrême, mauvaise nutrition, les pesticides et autres. Les hommes doivent aussi éviter à s’exposer tout près des températures élevées qui peuvent affecter la production et la motilité des spermatozoïdes. Dr Nibitanga n’a pas manqué de préciser que chez l’homme, la plupart des causes de l’infertilité ne sont pas évitables.

                      Gilbert Nibitanga, gynécologue obstétricien

Il a conseillé aux couples d’adopter des stratégies pouvant augmenter les chances de mettre au monde. Il a cité la limitation de la consommation d’alcool, éviter les drogues, le tabac, éviter l’exposition toxiques et environnementales, adopter une alimentation équilibrée, maintenir un poids normal, aller consulter le plus rapidement possible le médecin en cas d’infection, faire une activité physique de façon régulière, éviter le stress, éviter des sous-vêtements très serrés chez les hommes et autres.

Comme l’infertilité n’est pas une stigmatisation, les couples infertiles doivent chercher des informations, et se faire dépister étant à deux expliquant que l’infertilité affecte les hommes et les femmes de manière égale. Les hommes sont aussi invités à soutenir leurs femmes. Les professionnels des médias sont également invités à traiter des sujets visant au changement de mentalité et à briser la stigmatisation liée à l’infertilité expliquant que les couples infertiles souffrent de la pression sociale