• sam. Mai 25th, 2024

Adoption par le Conseil des ministres du plan sectoriel de l’éducation 2022-2030

ByAdministrateur

Mar 21, 2023

BUJUMBURA, 21 mars (ABP) – Le Conseil des ministres réuni en date du 15 mars a adopté le projet sectoriel de l’éducation 2022-2030. Les principales orientations stratégiques de ce plan sont entre autres l’amélioration de l’accès, de l’équité et de la qualité des enseignements.

L’expansion et la modernisation de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, l’expansion et la réforme de l’enseignement et de la formation technique et professionnelle figurent aussi parmi les orientations stratégiques. Le conseil des ministres a adopté ce plan moyennant quelques recommandations. Il s’agit de la construction d’un centre national de recherche, renforcer l’académie Rundi en vue de la préparation à la dispense de toutes les matières dans la langue nationale, privilégier le côté pratique dans les enseignements à dispenser en dotant les écoles de labo et matériel pour les travaux pratiques. Le Conseil des ministres a recommandé aussi d’imaginer des stratégies pour éviter la fuite des cerveaux.

Le Conseil des ministres a également analysé le projet d’ordonnance ministérielle portant mesures d’application du code de l’aviation civile au Burundi en matière de redevances pour services rendus par l’autorité de l’aviation civile du Burundi (AACB). Une consultation avec des compagnies aériennes avait été menée en septembre 2021 pour l’actualisation des redevances aéronautiques afin de les réajuster à celles appliquées dans les pays de la communauté Est Africaine. La proposition d’actualisation des redevances à appliquer a été acceptée. C’est au moment où l’AACB était régie par les textes réglementaires datant de 1989, 1995 et 2014. Après analyse, le projet d’ordonnance a été adopté.

Le Conseil des ministres s’est aussi penché sur l’analyse du projet de décret portant modification du décret du 27 novembre 2012 portant autorisation de l’Etat du Burundi à participer au capital de la société « Global Port Services Burundi (GPSB) ». L’analyse de ce projet est intervenue après présentation du rapport de la commission technique mixte mise en place en réponse aux recommandations du Conseil des ministres d’Octobre 2021. Des recommandations qui demandaient de valoriser les actifs et identifier d’autres biens qui appartiennent à l’Etat, définir avec exactitude les actions que l’Etat du Burundi détient au sein de la société GPSB, suivre l’état d’avancement des litiges qui impliquent l’Etat du Burundi et procéder à l’exécution de ceux qui ont été jugés.

Selon le rapport d’expertise définitif, la valeur totale des apports de l’Etat est de 1.740.223.977 Fbu au 24 décembre 2012 et aurait un supplément de dividendes de 3.234.460.974 Fbu au 31 décembre 2020. Le conseil des ministres a proposé la révision de la structure de l’actionnariat. Ainsi, le projet de décret propose que le capital de GPSB soit de 2.710.223.997 Fbu. Les apports de l’État dans le capital de la société représentant 64,21 % soit 1.740.223.997 Fbu. Selon le Conseil des ministres, ce projet de loi entrera en vigueur avec effets rétroactifs à partir du 24 décembre 2012. Après analyse, le projet de loi a été adopté avec comme recommandations d’accélérer la finalisation de ce décret pour que les nouveaux organes soient mis en place. Mais aussi de clôturer la liquidation de toutes les sociétés de l’Etat.

Le Conseil des ministres a également adopté le projet de loi portant ratification de la Constitution et de la Convention de l’Union Africaine des Télécommunications signées le 7 décembre 1999 au Cap en Afrique du Sud, telles que révisées à Harare au Zimbabwe le 10 juillet 2014.