• ven. Juil 19th, 2024

Présentation du projet de restauration et de résilience du paysage du Burundi

ByAdministrateur

Mar 27, 2023

BUJUMBURA, 27 mars (ABP) – Le directeur général de la planification environnementale, agriculture et élevage  au ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Emmanuel Niyungeko a ouvert jeudi le 23 mars 2023, un atelier de présentation du projet de  restauration et de résilience du paysage du Burundi (PRRPB) qui  appuie les services fonciers dans les  trois  communes  du pays à savoir Isare de la province Bujumbura, Buhinyuza de Muyinga et  Matongo de la province Kayanza.

Dans son discours, M. Niyungeko a fait savoir que 80% des affaires soumises aux juridictions de base au Burundi sont foncières. Mais avec le projet PRRPB, il est attendu 16 956 certificats fonciers délivrés dont 50%, soit 8478 certificats au nom des femmes. Il a souligné que la mise à l’échelle de l’expérience du PRRPB serait donc d’une importance capitale pour le pays dans la prévention des conflits et le développement durable.

Selon Niyungeko, 107 sur les 116 communes rurales sont déjà dotées de services fonciers, les uns plus performants que les autres mais le niveau de l’opérationnalisation de la plupart d’entre eux laisse à désirer. Il a précisé que la conjugaison des efforts de tous les partenaires au développement intéressés par la gestion foncière décentralisée permettrait de couvrir tout le territoire national en opérations groupés de reconnaissance en un laps de temps à l’instar du PRRPB qui, endéans 24 mois, vient de couvrir 26 collines avec des résultats impressionnants tant du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif.

                                                                                                      vue partielle des participants

Il a également affirmé que le gouvernement du Burundi reste ouvert à toute collaboration allant dans le sens de la consolidation de la paix et la promotion du développement durable. Il a rappelé que l’objectif de ce projet  est à clarifier et à sécuriser les droits fonciers, à résoudre les conflits fonciers  dans les communes et collines d’intervention et à favoriser l’accès des femmes et des groupements vulnérables à la terre et à la sécurisation foncière.

Dans son mot d’accueil, la coordinatrice nationale du PRRPB, Mme Odette Kayitesi a fait savoir que le PRRPB est un projet du gouvernement du Burundi financé par la banque mondiale et le Fonds pour l’Environnement Mondial(FEM). Elle a également signalé que la mise en œuvre de ce projet soutient et mobilise des groupes communautaires de gestion des ressources naturelles et des groupements d’agriculteurs, et fournit aux agriculteurs concernés un appui technique, des intrants ainsi que des formations sur les technologies novatrices de restauration et de gestion des terres.

De plus, a-t-elle ajouté, ce soutien implique la certification des terres, l’aménagement des terrasses et les infrastructures connexes lorsque le terrain l’exige, notamment  grâce à des travaux publics à haute intensité de main-d’œuvre.

Selon toujours elle, le PRRPB favorise également le développement des moyens de subsistance alternatifs. Globalement, les petits exploitants ont l’accès à des ressources foncières plus étendues, plus sécurisées et améliorées. Ils sont aussi moins exposés aux risques liés aux catastrophes naturelles. Mme Kayitesi a fait remarquer que l’amélioration de la production agricole contribuera à améliorer l’état nutritionnel des ménages, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance dans un environnement plus pacifique.

La coordinatrice du PRRPB a en outre précisé que la sécurisation foncière et la diminution de la conflictualité foncière constituent l’un des facteurs favorables à un développement agricole et rural durable. C’est pourquoi elle a été intégrée dans les activités du projet comme un des préalables pour son succès, a-t-elle justifié. En effet, Mme Kayitesi a également indiqué que l’identification, la délimitation et l’enregistrement préliminaires des propriétés ainsi qu’un règlement à l’amiable des conflits fonciers facilitent la mise en œuvre des autres activités du projet à savoir la construction de terrasses ou le renforcement des couverts végétaux pour lesquelles il est important de connaître préalablement les limites de propriété.

Mme la coordinatrice n’a pas manqué de rappeler que le projet PRRPB  appuie les services fonciers dans les trois communes précitées en facilitant l’accès aux certificats fonciers et un appui multiforme aux  trois structures en appuyant également leur mise en place et leur opérationnalisation. Ce projet a, a-t-elle ajouté, contribue à l’identification des terres domaniales dans les communes d’Isare et de Buhinyuza à travers l’appui à la direction générale ayant l’aménagement du territoire dans ses attributions.

Elle a demandé le gouvernement du Burundi de le  soutenir encore pour qu’ils puissent travailler dans tous les provinces du Burundi en vue de diminuer les conflits fonciers et de soutenir le développement du pays. Il est de rappeler qu’après 26 mois passés de la mise en œuvre des activités de certification foncière, le PRRPB se facilite d’avoir largement dépassé sa cible de 16  956 certificats fonciers produits, allant jusqu’à 103 625, soit un taux de réalisation de 611.14%.