• lun. Juil 15th, 2024

La CVR présente ses réalisations de 2018 à 2022

ByAdministrateur

Mar 28, 2023

BUBANZA, 27 mars (ABP) – La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) a présenté, lundi le 27 mars 2023, au chef-lieu de la province Bubanza (nord-ouest du Burundi), ses réalisations de 2018 à 2922, a-t-on constaté sur place.

Le contenu de l’exposé des réalisations a montré que les événements sanglants de 1972 ont été préparés par les autorités de l’époque, en décrétant l’état de guerre, en creusant des fosses dans certains coins du pays et autres. Il montre, aussi, que des Burundais en grande majorité « Hutus » ont été sauvagement tués et enterrés dans des fosses communes, les biens des victimes disparues ont été  saisis, des femmes abusées, et que cette criminalité visait des intellectuels, commerçants, étudiants, élèves et autres.

Le contenu de l’exposé des réalisations a montré, également, que beaucoup de fosses communes ont été trouvées en provinces Gitega, Karusi, Rutana, etc. Les forces de l’ordre,  des membres de la JRR, ligue des jeunes affiliés au parti UPRONA et les administratifs de l’époque ont eu un grand rôle dans ces événements sanglants de 1972, précise la même source.

Certaines des préoccupations des participants à cette présentation sont entre autres que des affaires qui étaient à la CNTB et qui se trouvent actuellement à la CVR, soient vite clôturées afin que les biens saisis en 1972 soient remis aux propriétaires. D’autres doléances présentées  se rapportaient sur l’existence des fosses communes en province Bubanza, la vérité de ce qui s’est passé en 1993.

Selon Mme Léa Nzigamasabo, qui avait représenté la CVR,  les drames connus dans le passé par le Burundi doivent être une occasion pour les administratifs, forces de l’ordre et instances judiciaires d’en tirer une leçon de travailler toujours, pour le bien-être de tous les habitants sans aucune discrimination. Elle a invité les habitants de la province Bubanza à éviter la globalisation, les accusations mutuelles car, selon elle,  » une ethnie ou une région ne tue pas, mais plutôt, une mauvaise gouvernance. »  Elle les a  appelés  au patriotisme, et à la bonne cohabitation, vers un Burundi paisible et un développement durable. S’exprimant sur les affaires en provenance de la CNTB et la vérité sur ce qui s’est passé en 1993, elle leur a demandé de faire preuve de patience, et leur a tranquillisés que  tout cela sera réalisé progressivement.