• jeu. Juin 13th, 2024

Célébration de la Journée Mondiale de la liberté de la Presse

ByAdministrateur

Mai 9, 2023

BUJUMBURA, 4 mai (ABP) – Le Burundi s’est joint au reste du monde pour célébrer la journée mondiale de la liberté de la presse. A cette occasion, le Ministère de la Communication, des Technologies de l’Information et des Médias en collaboration avec  l’UNESCO ont organisé une séance de réflexion et d’échange sur l’état de cette liberté au Burundi.

Le thème consacré à cette journée est : « La liberté d’expression : moteur des autres libertés et droits de l’homme ».  Selon l’assistant du ministre en charge des Médias, M. Thierry Kitamoya, la liberté célébrée est une liberté collective de tous les Burundais. Il a évoqué l’amélioration du cadre légal « pour lever tous les défis qui s’opposeraient à cette liberté ». M. Kitamoya a aussi cité l’engagement du gouvernement au soutien de la presse,  citant le Président de la République qui a déclaré  que les médias sont incontournables dans le développement. Néanmoins, il a reconnu que le parcours vers la liberté est continu.

                                                                                 Vue partielle des participants

L’assistant du Ministre a réitéré l’engagement du gouvernement à mener des actions qui vont rendre plus aisé le métier journalistique, tout en saluant l’apport des partenaires au développement en général et au soutien de la liberté de la presse.

M. Zénon Manirakiza, qui a représenté l’UNESCO a livré le message de Mme Audrey Azoulay, Directrice Générale de l’UNESCO à l’occasion de cette journée.  Dans son massage, la Directrice Générale de l’UNESCO,  a recommandé de « lutter contre l’impunité qui entoure encore les crimes dont les journalistes sont victimes, avec près de neuf assassinats de journalistes, sur 10 qui demeurent impunis ». Elle a évoqué que l’enjeu du Plan d’Action des Nations Unies pour la sécurité des journalistes est la question de l’impunité, que l’UNESCO mène depuis 10 ans. Avec la révolution numérique, a-t-elle fait savoir, le paysage de l’information, ses modes de production et de diffusion, ont été, en effet, radicalement bouleversés,  mettant en péril la viabilité des médias professionnels indépendants. Un enjeu est fondamental, car il s’agit à la fois de protéger la liberté d’expression et de lutter contre la désinformation et les discours de haine, selon la Directrice Générale de l’UNESCO   qui a tenu à renouveler l’engagement de l’UNESCO « à défendre les journalistes et à travers eux,  la liberté de la presse ».

Cette journée a été caractérisée  par l’animation d’un panel autour de l’évolution de la liberté de la presse au Burundi. Le fonds de soutien aux médias, la problématique liée à la rétention de l’information par certaines sources, la protection du journaliste sur terrain, l’amélioration des conditions de vie des journalistes, le manque de professionnalisme découlant du faible niveau de formations des journalistes, ont été les principaux sujets de réflexion qui ont été débattus au cours de ce panel.