• mer. Juin 12th, 2024

Le processus du recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage est confronté à un certain nombre de défis

ByAdministrateur

Mai 9, 2023

BUJUMBURA,  4 mai ( ABP)  –  Le Comité national d’orientation du Recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage ( CNOR ) présidé par le premier ministre, Gervais Ndirakobuca ,a tenu une réunion d’évaluation de l’état d’avancement des activités en rapport avec le recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage ( RGPPHAE) .

Dans son allocution d’introduction, le premier ministre a rappelé que ce comité s’est donné le mois d’août 2023 pour débuter les travaux de dénombrement, c’est à dire quand les agents recenseurs  devront passer dans les ménages pour recueillir les informations en rapport avec le recensement.  Au moment où cette date approche, le CNOR doit se rassurer que tout ce qui est nécessaire pour que les travaux commencent sont disponibles. Selon le premier ministre, tous les défis qui peuvent être des obstacles doivent trouver des solutions pour que le recensement puisse se dérouler au cours de l’année 2023. En effet,  selon lui, ce recensement est la base des élections de 2025. En 2024,  le processus électoral aura déjà commencé, a-t-il ajouté.

A la sortie de la séance, le secrétaire du CNOR, en même temps le président du Bureau Central de Recensement (BCR), M. Nicolas Ndayishimiye, a fait savoir que le CNOR a noté que le comité technique et le BCR sont heurtés à des défis d’ordre  technologiques, dont l’acquisition du matériel et la mobilisation de l’expertise nationale et internationale pour pouvoir conduire un recensement de bonne qualité dans les délais raisonnables.

Pour pouvoir trouver des solutions appropriées à ces défis, le CNOR a mis en place une équipe composée de quelques ministres et de quelques cadres de la présidence et de la primature pour travailler avec le comité technique, afin d’analyser en profondeur les défis auxquels fait face le BCR, afin de proposer des solutions au premier ministre. Cette commission a reçu une durée d’une semaine à partir du 4 mai, pour pouvoir donner son rapport.

  1. Ndayishimiye n’a pas manqué de préciser que parmi les questions que le CNOR doit analyser, figure la chronologie des activités du recensement ou préciser la date de commencement du dénombrement. D’autres activités par rapport à ce recensement ont déjà commencé, a-t-il ajouté.