• lun. Juil 15th, 2024

Les couples appelés à prioriser le dialogue avant de réaliser tout projet

ByAdministrateur

Juin 4, 2023

KAYANZA, 2 juin (ABP) – Les mésententes entre les conjoints de la commune Kabarore en province Kayanza (nord) font partie des principales causes de divorces, de concubinage, de la mauvaise gestion du patrimoine familial, de suicides et d’assassinats entre eux.  Cela a été révélé,  le jeudi  21er juin, à lors d’une réunion  qui a été organisée par le ministère ayant le Genre dans ses attributions à l’endroit des couples dont les relations ne sont pas du tout bonnes, des leaders communautaires et des chefs de neuf collines de la commune Kabarore.

L’envoyé du ministre ayant la Solidarité dans ses attributions,  David Timmy Terry Hitimana, a fait savoir que ce qui aggrave les choses n’est autre que l’absence du dialogue entre les conjoints. Ainsi, il a demandé aux couples qui ne s’entendent pas,  aujourd’hui,  de mettre en avant le dialogue et  de se concerter avant d’élaborer une telle ou telle autre activité. Aux leaders communautaires et aux chefs de collines, il a proposé de suivre de près tous les couples afin qu’il n’y ait plus de cas de suicides et d’assassinat entre les conjoints, a-t-on appris sur place

L’administrateur de cette commune, M. Berchimans Nsaguye, a témoigné que les mauvaises relations entre les conjoints sont à l’origine des cas d’assassinat et de suicide. Il a, par exemple, indiqué qu’une femme de 23 ans a consommé le pesticide et a rendu l’âme,  arguant que son mari entretenait des relations sexuelles avec d’autres femmes. Un autre cas qu’il a évoqué est celui d’un homme qui a tué sa femme. Après les travaux en groupes, les hommes d’un côté et leurs épouses d’un autre côté, l’envoyé du ministre ayant la solidarité dans ses attributions  a indiqué que le manque de dialogue entre les conjoints a fait, pendant des années,  qu’il y ait séparation de corps dans certains ménages. Pour lui, cela cause le concubinage, la mauvaise gestion du patrimoine familial, la dégradation de l’éducation des enfants, et bien d’autres conséquences. Pour éviter que ce phénomène ne se reproduise plus, il a proposé aux couples présents à la rencontre de mettre en avant le dialogue et de se concerter avant de faire une telle ou telle autre activité. De plus, il les a exhortés à servir de modèles et à apprendre à leurs voisins à changer de mentalités.

S’adressant aux leaders communautaires et aux chefs de collines, M. Hitimana a recommandé de suivre de près et de façon régulière les couples qui ne s’entendent pas pour les sensibiliser à promouvoir le dialogue afin de barrer la route aux cas de suicides et d’assassinat.

Les couples bénéficiaires des enseignements ont, de leur côté, salué la tenue de ce dialogue tout en promettant de relancer les relations avec leurs conjoints. A noter qu’une telle rencontre, a été également,  organisée,  en commune Gatara de la même province.