• jeu. Juil 25th, 2024

Campagne de vaccination contre la poliomyélite

ByAdministrateur

Juin 11, 2023

RUTANA/CANKUZO/RUYIGI/BUJUMBURA, 9 juin (ABP) – Les  bureaux provinciaux de la santé en provinces Rutana, Cankuzo, Ruyigi et Bujumbura ont organisé le mercredi 7 juin 2023 une réunion de mobilisation pour la campagne de vaccination contre la poliomyélite, à l’égard du personnel de la santé, des administratifs, des représentants des confessions religieuses et des représentants des organisations de la société civile.

En province Rutana (sud-est), au moment où la campagne de vaccination commencera le 10 juin 2023, « la province sanitaire de Rutana enregistre encore un manque de trente-cinq motocyclettes et trois véhicules pour faciliter le transport des vaccins » pour tous les bénéficiaires, a noté le médecin directeur de la province sanitaire de Rutana, Dr Colin Kaze. Il a, pour ce fait, demandé l’appui de l’administration, des confessions religieuses et des partenaires au développement pour la réussite de cette campagne.

Partant des rumeurs qui circulent ces derniers jours, des convictions religieuses pourraient freiner l’accès au vaccin pour tous les enfants cibles, ont constaté les participants. Dr Kaze a appelé les confessions religieuses et l’administration à sensibiliser la population sur l’importance de ce vaccin afin que tous les enfants de moins de huit ans soient vaccinés.

Le Burundi a des bonnes relations avec le pays voisin,  la Tanzanie,  ce qui donne à la population une libre circulation transfrontalière entre les deux pays. Le chef du district sanitaire de Gihofi, lequel district couvre des communes  frontalières avec la Tanzanie, Dr Simon Claude Irakoze a appelé les participants à cette réunion,  à une sensibilisation pour que la population qui se rend en Tanzanie se rassure que leurs enfants seront vaccinés. Signalons qu’en province  Rutana, environ 135 289 enfants sont attendus, dans cette campagne de vaccination.

En province  Cankuzo (est du pays), plus de 88 000 enfants  sont attendus pour la vaccination contre la poliomyélite.  Cela a été annoncé par le médecin directeur de ce bureau provincial de la santé, Dr Frédéric Faustin Irambona, lors d’une journée provinciale de mobilisation sociale que ce bureau a organisée en faveur de cette campagne prévue du 10 au 13 juin 2023 pour le 1er passage.

Dr Irambona a indiqué qu’on s’est bien préparé pour la réussite de cette campagne. Les équipes médicales auxquelles sont associés les agents de la santé communautaire ont été suffisamment formés pour le bon déroulement de cette activité.

Concernant les mouvements migratoires qui s’observent dans les communes  frontalières avec la Tanzanie ou encore les déplacés, Dr Irambona a fait savoir qu’il est prévu une campagne de porte à porte pour limiter les absences. De plus, les vaccins prévus pour cette  activité sont prévus en excédent pour prévoir s’il n’y aurait pas d’excédent à l’effectif enregistré, selon Dr Irambona.

Le chef de cabinet du gouverneur de Cankuzo, M. Pierre Claver Nakumuryango a appelé les participants à cette mobilisation, à faire leur cette activité en sensibilisant suffisamment toute la population pour couronner de succès, cette campagne. Il a profité de l’occasion pour mettre en garde toute personne qui perturberait  cette campagne, qu’elle serait punie conformément à la loi.

En province Ruyigi (est du pays), le directeur du bureau provincial de la santé,  Dr Prosper Bigendako appelle la population de cette province à répondre massivement à la campagne de vaccination contre la poliomyélite.

Ce médecin a déclaré, jeudi le 8 juin, lors d’une réunion de sensibilisation en faveur de cette campagne,  que même si la province  Ruyigi n’a pas encore enregistré de cas de cette maladie, certains facteurs  l’exposent  à la vulnérabilité. Il s’agit,  entre autres,  des va-et-vient des personnes sur les frontières Burundo-tanzanienne ainsi que les populations des camps des réfugiés  congolais vivant dans cette province.

Un effectif total de 140 197  enfants de moins de 8 ans est attendu  du 10 au 13 juin en cours.  Dr Bigendako met en garde toute la population de Ruyigi qu’il ne faut pas faire la sourde oreille à cette campagne du moment que la province présente des mouvements migratoires qui présentent un aspect dangereux pouvant accélérer  la contamination. Il a déclaré que cette province sanitaire n’a pas encore enregistré de cas positif à la poliomyélite. Il a précisé,  toutefois, qu’il faut rester attentif du fait que la province Ruyigi héberge deux camps de réfugiés  originaires de la République démocratique du Congo,  alors que ce pays connaît des cas de cette maladie depuis un bon bout de temps. Il a ajouté que la province Ruyigi connaît également un problème lié au fait que la population de  deux districts de la province sanitaire de Ruyigi, à savoir Gisuru et Kinyinya effectuent  régulièrement des va-et-vient par des voies non reconnues par les autorités et peuvent même passer des années en Tanzanie, et que  quand ces familles reviennent au Burundi certaines d’entre-elles ont des enfants qui n’ont jamais été vaccinés, ainsi  susceptibles de propager la maladie.

Ce directeur du bureau provincial de la santé à Ruyigi déplore que cette province connaisse des cas de résistance à de pareilles campagnes, dont certains prennent des racines dans des croyances  religieuses et traditionnelles. Il a indiqué que certains sectes religieux interdisent à leurs adeptes de se faire vacciner et vont même jusqu’à les priver de prendre des moustiquaires offerts par le ministère en charge de la santé publique.

La Communauté Batwa a été citée comme ayant l’habitude de ne pas se sentir concernés par la vaccination, ou tout simplement,  par complexe d’infériorité,  qui les empêche de se rassembler avec d’autres communautés. Suite à cette réticence et à la résistance de la communauté Batwa par rapport aux campagnes de vaccination, la représentante provincial de l’Union pour la Promotion des Batwa (UNIPROBA),  Mme Laetitia Nduwimana  a fait, plutôt,  savoir que sa communauté servira d’exemple par un afflux massif à cette campagne. Elle a indiqué que cette communauté  connaît  actuellement une attitude positive et un changement de comportement favorable  à la sécurité et à la prévention des maladies .Elle  l’a appelée à servir d’exemple en répondant à cette vaccination contre la poliomyélite.

Notons que les structures sanitaires de la province sanitaire de Ruyigi  sont appelées à atteindre, au moins, 95 % des effectifs attendus.

En province Bujumbura (ouest du Burundi), le médecin provincial, Dr Jean Paul Ndayishimiye a exhorté tous les acteurs en matière de santé et aux administratifs, de s’impliquer pour qu’aucun enfant dont l’âge est compris entre 0 et 7 ans ne rate la vaccination qui prend effet du 10 au13juin courant et qui sera reprise pour les mois de juillet et août afin de totaliser 3 doses. Cette annonce a été faite en commune Kabezi, mercredi le 7 juin,  lors d’une journée de mobilisation sociale organisée par le bureau provincial de santé en collaboration avec le cabinet du gouverneur.

Selon le Dr Ndayishimiye, la poliomyélite avait disparu depuis 2009 au Burundi et voilà qu’en novembre 2022, un cas d’un enfant portant la poliomyélite a été repéré en zone Gatumba en commune Mutimbuzi, province Bujumbura. C’est pour cette raison que le gouvernement du Burundi en collaboration avec ses partenaires a organisé une campagne de vaccination contre cette maladie dans tout le pays,  a-t-il ajouté.

Il a fait savoir que la province Bujumbura attend 154 151 enfants à vacciner, dont 65 631pour le district sanitaire, 57 476 pour celui de Kabezi  et en fin 31 044 pour  Rwibaga.  Ce travail sera réalisé par 446 équipes. Ces derniers se rendront en ménages, système de porte à porte et dans les lieux où se rencontrent beaucoup de gens comme les écoles, les marchés et ailleurs pour qu’aucun enfant ne rate ce vaccin.  Après un mois,  une deuxième dose sera donnée et une 3eme et dernière dose, après le 3ème mois.

Dr Frédéric Faustin Irambona (débout), médecin directeur provincial à Cankuzo