• mer. Juin 12th, 2024

Le projet de décret portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre des Professions Alliées de la Santé au Burundi et celui de l’Ordre des Infirmiers et des Sages-Femmes au Burundi ont été adoptés lors du Conseil des ministres

ByAdministrateur

Sep 5, 2023

BUJUMBURA, 4 sept (ABP) – Le Conseil des ministres qui s’est réuni le 30 août 2023 à Bujumbura, sous la présidence du chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye, a analysé et adopté le projet de décret portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre des Professions Alliées de la Santé au Burundi (OPASBU) et le projet de décret portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre des Infirmiers et des Sages-Femmes au Burundi (OISAF), selon le communiqué du secrétaire général de l’Etat et porte-parole, Prosper Ntahorwamiye.

Le gouvernement du Burundi s’est toujours préoccupé de la promotion de la qualité des soins et services pour la protection de la population. C’est dans ce cadre qu’il a été mis en place l’Ordre des Médecins du Burundi pour servir de soutien dans le contrôle et la régulation de la qualité des soins.

Dans la loi de 2020 portant Code de l’offre des soins et services de santé au Burundi, il est prévu la mise en place des ordres professionnels. Par ailleurs, l’avènement des écoles et instituts privés a amené le ministère en charge de la santé publique à gérer des prestataires de soins et services de santé de profils diversifiés à tous les niveaux de soins et organisationnels du système de santé. De plus, les prestataires de soins et de services de santé ont senti le besoin de se mettre au même diapason que leurs collègues des pays du monde entier en général et avec ceux de la Communauté Est Africaine en particulier.

Regroupés en diverses associations professionnelles depuis les années 1990, ils ont exprimé le souhait d’avoir un organe, ou mieux un cadre légal de soutien à l’autorité publique, dans la promotion et l’offre de soins et services de santé. Ces deux projets de décrets mettant en place les ordres des professionnels viennent combler le vide juridique afin de permettre aux organisations professionnelles de participer au contrôle et à la régulation de la qualité du prestataire, afin de protéger les bénéficiaires des soins et services de santé.

Après analyse, les deux projets de décrets ont été adoptés avec les observations et recommandations, entre autres la suppression des subsides de l’Etat comme ressources pour le fonctionnement de ces Ordres et de la disposition en rapport avec l’insaisissabilité du patrimoine de ces Ordres.

Dans les divers, le ministre de l’Education nationale et de la Recherche Scientifique, François Havyarimana a informé le Conseil des ministres la note minimale de réussite au concours national et les modalités d’orientation à l’enseignement post-fondamental édition 2023. Pour déterminer cette note minimale, certains paramètres ont été pris en compte. Il a cité le nombre de places disponibles dans les premières années du cycle post-fondamental, le nombre de places disponibles dans les écoles publiques à régime d’internat et de la Mairie de Bujumbura, le budget disponible pour l’entretien des élèves internes, le nombre de places disponibles dans les Lycées communaux ou municipaux, ainsi que l’effectif par classe.

En tenant compte de tous ces éléments, la note de réussite au concours national édition 2023 a été fixée à 68 sur 200 soit 34%, tandis que la note donnant accès aux écoles publiques à internat et dans les écoles publiques de la Mairie de Bujumbura est de 116 sur 200 soit 58%. Pour clôturer, le Chef de l’État a demandé aux membres du gouvernement de communiquer régulièrement sur les activités en cours de réalisation ou prévues dans divers domaines.