• sam. Avr 20th, 2024

La libéralisation du secteur de l’électricité au Burundi, un des points analysés par le Conseil des ministres

ByAdministrateur

Oct 6, 2023

BUJUMBURA, 29 sept (ABP) – Le  chef de l’Etat a dirigé la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue le 27 septembre 2023, avec cinq points à l’ordre du jour. Parmi ces points figurait le projet de loi portant révision de la loi portant réorganisation du secteur de l’électricité au Burundi, apprend-on du communiqué de presse sorti, le jeudi 28 septembre par le secrétariat général du gouvernement.

Ce projet de loi vise à promouvoir la libéralisation progressive du secteur de l’électricité au Burundi. La nouvelle organisation prévoit que la Regideso en tant que gestionnaire du réseau de transport interconnecté, garde l’autonomie et le monopole de cette exploitation. Au niveau de la construction, de l’exploitation du réseau de distribution et de commercialisation de l’énergie au client, les acteurs seront pluriels, la Regideso ainsi que le secteur privé. Par contre, la construction et l’exploitation du réseau isolé sont à la charge de l’ABR, les privés pouvant adresser une demande au Ministère en charge de l’énergie, dans le cas où ils voudraient couvrir un site isolé.

Des modifications de la loi en vigueur ont été suggérées comme la fixation des règles tarifaires claires et de facturation, la protection des consommateurs et la réparation des préjudices subis par ces derniers du fait des exploitants.

Après analyse et débat, le projet de loi a été adopté moyennant quelques recommandations dont la finalisation le plus rapidement possible du projet de loi relatif au secteur de l’eau.

Le conseil des Ministres s’est également penché sur l’analyse et l’adoption du projet de décret portant révision du décret portant missions, organisation et fonctionnement du Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche  Scientifique. C’est dans le but, apprend-t-on, des conclusions de ce conseil, de permettre un fonctionnement des services de manière fluide et coordonnée dans l’exécution des actions inscrites dans le plan sectoriel de l’éducation et la mise en œuvre du PND.

Pour ce faire, certaines modifications ont été introduites au sein de ce ministère. Il s’agit  de la création de deux secrétariats permanents,  l’un en charge de l’administration scolaire, de la gestion des ressources humaines et l’autre en charge de l’enseignement supérieur, de la Recherche et des innovations pédagogiques scientifiques et technologiques. Il a été proposé de créer un centre de Formation Polytechnique et de Reconversion Professionnelle et mettre en place une direction générale de l’Enseignement Supérieur.

Il a été recommandé de mettre, le Centre Hospitalo Universitaire de Kamenge et l’Institut des Sciences de la Nutrition de la Communauté Est Africaine, sous l’autorité du Recteur et non sous tutelle du ministère. Après échanges et débats, ce projet de décret a été adopté.

Vue partielle des membres du gouvenement