• sam. Avr 13th, 2024

La responsabilité du retard du déblocage du gel des annales dans les institutions publiques à statuts spéciaux est du ressort des institutions qui ont fournies de fausses données

ByAdministrateur

Oct 24, 2023

BUJUMBURA, 20 oct (ABP) – La responsabilité du retard du déblocage du gel de l’avancement administratif et avancement fictif de la carrière dans les institutions publiques à statuts spéciaux est  du ressort des institutions qui ont fourni de fausses données. Le déblocage sera fait après la correction de toutes les imperfections. C’est l’une des observations faites par le Conseil des ministres du 18 octobre 2023, sous la présidence du chef de l’Etat burundais Evariste Ndayishimiye, peut-on lire dans un  communiqué de presse  publié par le Secrétariat général du gouvernement.

En effet, en application du décret  n° 100/193 du 1er septembre 2023 portant modalités pratiques de levée  du gel d’avancement et harmonisation du mode d’avancement dans les institutions publiques  à statuts spéciaux, le ministère en charge des Finances a demandé à tous les ministres de transmettre les données du calcul de l’impact de ce déblocage, en vue de leur exploitation et autorisation de paiement.

Après exploitation de ces données, précise ce communiqué, il a été constaté beaucoup d’irrégularités dans ce travail de calcul de l’impact budgétaire.

Vue partielle des membres du gouvernement

La Commission mise en place a constaté que certains en ont profité pour augmenter leurs salaires que ce soient pour les responsables des institutions ou même des cadres de ces institutions. Cette commission  a constaté également  des institutions  qui se sont présentées pour le déblocage alors que leur personnel n’a jamais été bloqué depuis 2015, ce qui prouve une grande tricherie tendant à s’octroyer d’autres avantages, poursuit le communiqué.

A titre d’exemple, à l’Université du Burundi, il apparaît que le personnel a continué à avancer administrativement et pécuniairement et qu’en plus, l’ajout de 35%  sur l’ancien salaire de base n’est pas justifié. Dans cette institution, il apparaît également sur la liste de paie, des personnels  partis en retraite avant 2023, alors que le déblocage concerne le personnel actif.

A l’Office burundais des Mines et Carrières (OBM), l’institution a donné à certains personnels une ancienneté non méritée ne respectant pas la date de début d’engagement. Un cadre qui est dans sa place en 2023 a fait un calcul qui fait  remonter son salaire de base à 2015, alors qu’il n’était pas encore là. Selon le même communiqué, à l’Agence Nationale de Gestion du Stock de Sécurité Alimentaire (ANAGESSA), tout le monde a avancé suivant un taux de 7%, au moment où les cotations connues  sont  de 7% pour la note Elite, 6% pour la note Très Bon et 4% pour la note Bon. Cela laisse entendre que tout le personnel a  été côté Elite durant la période du gel des annales, précise le communiqué.

Afin de corriger toutes ces imperfections, la commission est en train de travailler avec toutes les institutions pour leur montrer le canevas à suivre et les corrections nécessaires à faire, afin de bien calculer l’impact budgétaire. Au regard de ces imperfections, il serait difficile que la rémunération du personnel de ces institutions pour le mois d’octobre puisse tenir compte du nouveau format de calcul des salaires.