• mar. Avr 16th, 2024

La participation de la jeunesse dans la consolidation de la paix

ByAdministrateur

Déc 1, 2023

BUJUMBURA, 29 nov (ABP) – Les organisations Youth for Peace DRC, Yeli-Burundi et we got your back Rwanda, avec l’appui du projet Paix et Réconciliation de la Communauté des pères schoenstatt Mont Sion Gikungu, l’Université du Burundi et l’Université de Fribourg en Allemagne, ont organisé mardi, le 28 novembre 2023, la première édition sous-régionale du colloque dénommé « Jeunesse pour la paix et la réconciliation », en vue de réfléchir sur les enjeux majeurs de la consolidation de la paix et de l’implication des jeunes dans le processus de paix dans les pays des Grands Lacs (le Burundi, le Rwanda et la République Démocratique Congo).

Ce colloque a rassemblé des jeunes leaders délégués par leurs organisations et entités respectives de la société civile de la sous-région des Grands Lacs, ainsi que les scientifiques, les militants des droits de l’ homme et les professionnels de terrain, les innovateurs et les dirigeants du secteur publique, privé et non gouvernemental etc

                                                                                               Photo de famille des participants

Le coordinateur du projet Paix et Réconciliation Abbé. Aloys Misago a indiqué que les jeunes, même s’ils sont considérés comme provocateurs de troubles, doivent être sensibilisés, pour jouer leur rôle de catalyseur de la paix et réconciliation.

Il a fait savoir qu’avec ce premier colloque régional, les jeunes pourront prendre contact les uns avec les autres,  afin de créer un réseau pour la paix et la réconciliation car, les problèmes que connaissent le Burundi, le Rwanda et la RDC sont partagés. Si l’un des pays est en difficultés, les autres ne peuvent pas vivre dans la paix, a-t-il expliqué.

Abbé. Misago a précisé que dans le monde, particulièrement dans la région des Grands Las, la majorité de la population est composée par les jeunes. On ne peut pas alors les ignorer même si souvent on les considère comme fauteurs de troubles. On doit les impliquer dans tous les stades et domaines de la vie de nos pays, sachant que ces derniers sont très inventifs et s’il n’y a pas un climat apaisé, ils ne pourront pas avoir la possibilité de mettre à profit leur savoir-faire, leur ingéniosité pour le développement.

De ce fait, il a signalé qu’ils ont deux projets phares qu’ils doivent mettre en œuvre, soulignant qu’actuellement, ils sont en train de construire un Centre de Paix et Réconciliation en province Makamba, dans la commune Nyanza Lac. Le deuxième projet, c’est la construction d’un Institut supérieur pour la Paix et la Réconciliation,  afin que les scientifiques puissent aider à développer ce genre de thème, enseigner et former les jeunes en matière de paix et de réconciliation. Ce centre sera construit à partir de 2025, a précisé M. Misago.

Il a ainsi remercié plusieurs partenaires du côté de l’Allemagne dont notamment le gouvernement de Bade Württemberg, l’archidiocèse de Fribourg pour leur soutien financier afin de pouvoir organiser ce colloque de la sous-région.

Le participants quant à eux, ont pu échanger sur différents exposés dans les quels, ils ont vu ensemble qu’il faut créer un espace commun de dialogue, de partage de connaissances et de bonnes pratiques,  offrant l’opportunité de discuter sur les défis majeurs liés aux conflits dans la sous-région et les possibilités d’une paix durable à travers l’implication efficace et active des jeunes dans la prise de décision, dans divers organismes et processus de paix à tous les niveaux.

Ils ont également vu qu’il faut promouvoir la compréhension, la visibilité et le soutien du rôle des jeunes dans la promotion de la paix et du développement durable dans la région des Grands-Lacs, réunir les jeunes et autres partenaires clés de la société civile autour d’une variété d’activités visant à promouvoir une culture de paix, de  non-violence et de cohabitation pacifique dans la sous-région.