• dim. Avr 21st, 2024

Sensibilisation des secteurs publics et privés sur la prise en compte de la dimension genre.

ByAdministrateur

Déc 18, 2023

BUJUMBURA ,7 déc (ABP) – Le Centre  d’appui aux Initiatives locales de Développement et d’assistance aux Personnes vulnérables « CIDEP », a organisé, mercredi, le 6 décembre 2023, à Bujumbura, un atelier de sensibilisation aux acteurs publics et privés sur la prise en compte de la dimension genre, l’autonomisation économique des femmes et la responsabilité sociale d’entreprise.

Cet atelier a été organisé dans le cadre de la célébration de la campagne  de 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre, sous le thème « Tous ensembles investir pour prévenir les violences à l’égard des femmes et filles ».

                                                                                       vue partielle des participants

La représentante légale de CIDEP,  Mme Caritas Kayuku, a dans son mot de circonstance,  indiqué que ce centre a une vision de contribuer  à la construction d’un Burundi paisible où les ménages sont les acteurs du développement durable. La mission de cette organisation non gouvernementale locale, est, par ailleurs, de contribuer à la promotion du développement durable au Burundi à travers la promotion de la santé et le bien-être de la population burundaise.

Quatre domaines prioritaires, dans lequel le CIDEP intervient,  sont, a-t-elle indiqué, le domaine de la consolidation de la paix et l’accompagnement des jeunes affiliées aux partis. Politiques, la  promotion du droit à la santé, la justice fiscale, la réduction des risques de catastrophes et changements climatiques

Pour ce, elle a expliqué que le CIDEP fait la promotion du droit à la santé et au bien-être de la population burundaise  particulièrement,  celui des enfants et des femmes  pour un accès équitable à la couverture de santé universelle de toute la population. En ce qui est de la justice fiscale,  Mme Kayuku a  fait savoir que ce centre s’occupe du renforcement des capacités des dirigeants et des dirigés sur la justice fiscale.

Parlant les facteurs qui limitent les femmes  vers le développement,  Mme Kayuku a souligné l’enfermement social, la culture et l’immobilité des femmes, les rôles, les attentes traditionnelles  liées au genre et le manque de contrôle sur les ressources.

Elle a regretté que la contribution des femmes à l’ensemble des tâches ménagères est rarement reconnue.

Quant au directeur exécutif de CIDE, il a fait savoir que le but de cet atelier était  de sensibiliser à l’endroit des secteurs publics et privés pour la prise en compte de la dimension genre. Cette activité  est la suite d’autres déjà menées pour sensibiliser les administratifs et les entreprises de changer de mentalités et de considérer la femme pour que cette dernière se sente à l’aise dans la société et de les attribuer le pouvoir dans la prise de décision dans ces institutions.