• lun. Avr 15th, 2024

Ouverture officielle des travaux de la deuxième édition du dialogue continental sur l’agenda jeunesse, paix et sécurité en Afrique de l’est

ByAdministrateur

Déc 19, 2023

BUJUMBURA, 14 déc (ABP) – Le président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye a ouvert jeudi le 14 décembre 2023 à Bujumbura, les cérémonies du dialogue continental sur l’agenda jeunesse, paix et sécurité en Afrique  de l’est, deuxième édition.

Ce dialogue est couplé avec le forum des jeunes du mécanisme de l’accord-cadre d’Addis Abeba pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région ainsi que la  troisième édition de la semaine d’innovation, sous le thème « Dialogue politique sur la jeunesse, la paix et la sécurité ».

Dans son allocution, le chef de l’Etat a fait savoir que le thème  de ce dialogue s’inscrit dans la droite ligne de l’aspiration de l’agenda 2063 qui stipule que l’Afrique vivra dans la paix et la sécurité. Ce thème est significatif dans ce sens que les jeunes du continent africain doivent rester engagés et impliqués en faveur de la consolidation de la paix et la sécurité. Et d’ajouter  que cela se conforme également à l’esprit de la résolution 2250 du conseil de sécurité des Nations Unies sur la jeunesse, la paix et la sécurité qui appelle les gens à exploiter tous les potentiels des jeunes et leurs leaderships en tant que bâtisseurs de paix efficace dans tous les aspects du maintien de la paix.

                                                                         Vue partielle des participants

Le président de la République du Burundi a aussi rappelé que le continent africain est le plus jeune au monde, il compte plus de 400 millions des jeunes dont l’âge se situe entre 15 et 35 ans, soulignant que la dernière estimation des Nations Unies indique que la jeunesse africaine représente 7% de la population globale du continent  et  plus de 40 % de la population active. Cette jeunesse reconnue par l’agenda 2063 de l’Union Africaine comme étant le dividende démographique du continent qui doit être un acteur du développement sous tous ses aspects car, a-t-il  déclaré, la jeunesse est un levier pour la création de richesse. C’est pour cela, dit-il, que l’Afrique en général et le Burundi en particulier fera de sa jeunesse, un atout qui détermine l’avenir prometteur du continent africain et du pays.

Le  président Ndayishimiye a, à cet effet, indiqué que les jeunes sont non seulement victimes mais aussi sont parfois manipulés et impliqués dans les tensions et conflits auxquels ils n’ont rien à voir. Il est par conséquent indispensable de tenir compte de la voix des jeunes et de leurs contributions dans le processus de stabilisation de la situation sécuritaire dans leur région, a renchéri le président de la République. Il a en outre ajouté que les jeunes nécessitent d’être associés à des programmes et interventions particulièrement centrés sur la protection sociale, la consolidation de la paix et l’autonomisation économique des jeunes car il est impossible de dissocier la paix et le développement.

A cette  occasion, le chef de l’Etat a  félicité les jeunes présents dans ce dialogue pour leurs talents car « la science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il les a exhortés à rendre meilleur leur milieu de vie, à développer le sens du patriotisme, l’estime de soi et à valoriser les coutumes des anciens africains et leurs produits locaux.

De son côté, le ministre ayant la jeunesse dans ses attributions, Gervais Abayeho a précisé que « La tenue de cette conférence est une occasion de partager les expériences et les connaissances sur les bonnes pratiques en matière d’autonomisation des jeunes, de participation citoyenne et de contribution à l’agenda jeunes, paix et sécurité ». Il a remercié le chef de  l’État pour l’intérêt qu’il témoigne à la réalisation et l’atteinte des objectifs de l’agenda jeunesse paix et sécurité 2063 au niveau du continent africain en général et du Burundi en particulier