• mar. Avr 23rd, 2024

Le ministre en charge de l’intérieur appelle les administratifs à travailler pour l’intérêt de la population

ByAdministrateur

Jan 15, 2024

KAYANZA, 12 jan (ABP) – Le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique, Martin Niteretse, a réuni ce  jeudi  11 janvier 2024, au chef-lieu de la province Kayanza (nord), les administrateurs communaux, les chefs de services provinciaux, les chefs des zones ainsi que des commissaires communaux de la police nationale œuvrant dans cette province, a-t-on appris sur place.

Le gouverneur de Kayanza, Rémy Cishahayo, s’est dit satisfait de la récente mesure portant fixation du prix des grains secs de maïs précisant  que la population sera rémunérée à la hauteur des  efforts fournis et moyens matériels engagés.

Toutefois, il a déploré le fait qu’une maladie non encore identifiée ait attaqué les bananeraies et a invité la population à arracher les bananeraies attaqués pendant six mois pour y replanter d’autres souches de bananiers.

                                                  Vue partielle des participants à la réunion

De son côté, le ministre ayant la sécurité publique dans ses attributions  a invité les participants à veiller au renforcement de la sécurité. Ainsi, il a précisé que toute personne inconnue dans  telle ou telle autre localité doit être identifiée.

Quant aux étrangers, il a souligné qu’ils doivent préciser leur origine et l’objectif de  leur  visite et détenir une carte de résidence. « C’est au Burundi seulement que les étrangers viennent sillonner librement dans tous les coins », a-t-il  fait remarquer. Le ministre  note néanmoins   que les étrangers ont le droit de résider  au Burundi et  d’y  exercer différentes activité à condition  de  se conformer à la loi.

Le ministre Niteretse a ainsi recommandé aux responsables administratifs d’enregistrer dans les cahiers de ménages les personnes déjà identifiées.

De plus, il a signalé que les chefs de zones  doivent se préoccuper des préoccupations de leurs administrés. « Si vos dirigés vous dépassent pour transmettre leurs doléances à la hiérarchie supérieure, cela prouve que vous ne vous souciez pas  de leurs préoccupations », a-t-il laissé entendre, ajoutant que ceux qui ne se soucient pas des  doléances de leurs dirigés doivent  remettre leurs tabliers.

Il ne faut pas négliger les doléances de la population car la sauvegarde de la sécurité devient  impossible quand la population ne se sent pas à l’aise, raison pour laquelle vous êtes appelés à travailler pour l’intérêt de cette dernière, a-t-il conclu.