• sam. Avr 13th, 2024

Appel aux gouverneurs de provinces d’identifier les défis qui hantent le développement et trouver des solutions

ByAdministrateur

Fév 20, 2024

KIRUNDO, 9 fév (ABP) – Le président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye a rencontré, jeudi le 8 février 2024, tous les gouverneurs de provinces au palais présidentiel situé sur la colline Bugera en commune et province Kirundo (nord du Burundi), pour une retraite d’une journée, a-t-on constaté sur place.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’évaluer la situation du pays en général au niveau du développement, pour se préparer vers le Burundi émergent en 2040.

Dans son allocution, le chef de l’Etat a rappelé que le gouverneur de province a la mission de suivre de près la vie de sa population et de se préoccuper de leurs doléances. Il  a aussi indiqué qu’il y a des lamentations des uns et des autres, critiquant le niveau de développement du pays. Les burundais doivent savoir que le Burundi de 2005 n’est pas celui d’aujourd’hui, martelant que le Burundi a évolué. Il a fait savoir que l’an 2005 était un capital des Burundais qui a procuré des bénéfices, tout précisant que cette année de 2024 est prise comme capital qui permettra aux Burundais d’arriver à leur objectif, le Burundi émergent en 2040, c’est-à-dire dans 16 ans.

vue partielle des gouverneurs des provinces

Il n’a pas manqué à faire remarquer que les colonisateurs ont bloqué le développement des Burundais car, ils avaient prêché qu’on doit travailler 8 heures seulement par jour, tandis que qu’ils travaillent, chez eux, 24 heures sur 24. Ces colonisateurs avaient aussi semé aux Burundais l’esprit de compter aux aides octroyées par eux-mêmes, alors qu’il y avait la possibilité d’utiliser leur force pour se développer.

Le président de la République a également fait un clin d’œil aux Burundais qu’il faut se battre corps et âme et travailler courageusement afin de développer le pays, et qu’il ne faut jamais compter aux aides des uns et des autres. Il a dit que les ennemis du développement du pays sont des Burundais eux-mêmes car, ils ne veulent pas couper court aux comportements inadmissibles qui bloquent le développement. Il a donné l’exemple des commissionnaires qui veulent toujours vendre ce qu’ils n’ont pas produit.

Le président Ndayishimiye a en outre recommandé aux gouverneurs de province d’identifier les défis qui hantent le développement et essayer de trouver des solutions sans tarder, dans l’optique de se préparer vers le Burundi émergent en 2040 et développé en 2060