• ven. Avr 19th, 2024

L’UNFPA est prêt à se démarquer dans son 9ème cycle du programme de coopération avec la République du Burundi

ByAdministrateur

Fév 20, 2024

BUJUMBURA, 10 fév (ABP) – Le Fonds des Nations Unies pour la population au Burundi (UNFPA) a procédé, vendredi le 9 février 2024, à la clôture d’un atelier du 8ème cycle de son programme et au lancement du 9ème cycle de programme.

Le représentant résidant de l’UNFPA au Burundi, M. Judicaël Elidje a, à cette occasion, fait savoir que le but de cet atelier est de célébrer la clôture d’un programme qui a démarré en 2019 et a pris fin en 2023. Selon lui, il était question d’analyser certains progrès accomplis dans la mise œuvre du programme précédent en faisant ressortir les facteurs favorables et les contraintes ayant influencé les résultats obtenus, et aussi de procéder au partage des leçons apprises. Ce programme, aligné sur les priorités nationales, amène des interventions stratégiques qui portent

essentiellement sur le renforcement de l’ordre de service de planification familiale de qualité ; l’accès équitable aux soins de santé maternelle, y compris la prévention de la fistule obstétricale ; l’amélioration de la santé reproductive des adolescents et jeunes ; l’amélioration de la qualité de la prévention et de la prise en charge des violences basées sur le genre ; la participation des jeunes et adolescents à la cohésion sociale, à la sécurité communautaire, à la production et à l’utilisation des données en préparation du recensement général de la population, de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage en cours.

M. Gaudence Sindayigaya

En se référant aux résultats consommateurs du plan stratégique de l’UNFPA, il est important de signaler qu’un certain nombre de progrès tangibles ont été atteints malgré les défis rencontrés, a martelé le représentant résident d’UNFPA au Burundi.

Par ailleurs, le taux de mortalité maternelle a baissé, a-t-il rassuré, signalant que 5.743 cas de décès maternels ont été évités et que 2.222.460 adolescents et jeunes ont bénéficié des formations sur la santé nutritive et reproductive au cours de ce dernier cycle, a-t-il signalé.

M. Elidje a également fait savoir que l’UNFPA a noté une amélioration du taux d’accouchement au niveau des formations sanitaires et une évolution des performances en matière de planification familiale montre. L’exemple en est qu’au niveau des structures sanitaires, il y a une augmentation des femmes en âge de procréer qui utilisent des méthodes contraceptives modernes.

A cette même occasion, le représentant résident de l’UNFPA au Burundi a officiellement déclaré le lancement du 9ème cycle du programme de coopération entre la République du Burundi et l’UNFPA pour la période 2024-2027. Il n’a pas manqué de préciser que le leadership du gouvernement, co-piloté par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération au développement, est inclusif, participatif et procréatif.

S’agissant de l’actuel programme, M. Elidje a fait savoir qu’il y aura l’amélioration de la qualité des soins, le renforcement des mécanismes nationaux et des capacités des institutions et des acteurs afin de lutter pour les normes sociales des gens discriminatoires, le renforcement des compétences des jeunes et adolescents, sans oublier l’amélioration de la production d’utilisation des données appuyant la planification du développement.

Pour sa part, le Directeur général des Relations multilatérales au ministère en charge de la Coopération au développement, M. Gaudence Sindayigaya, a indiqué que ce ministère apprécie la coopération entre l’UNFPA et le gouvernement du Burundi. Il salue les efforts multiples de l’UNFPA envers la population du Burundi dans le cadre de sa mission axée notamment sur le plaidoyer et la mobilisation sociale en vue de renforcer l’action politique dans des domaines variés.

M. Sindayigaya espère fortement qu’au cours de ce nouveau cycle 2024-2027, les résultats de l’UNFPA seront escomptés, avec surtout des améliorations dans le domaine de la planification familiale, de la mortalité maternelle et des violences basées sur le genre, ainsi que d’autres pratiques néfastes. Il en a profité pour exprimer sa profonde gratitude à tous les partenaires de l’UNFPA qui ont contribué pour que l’UNFPA atteigne un résultat considérable.

Notons qu’au cours de cet atelier, différents bénéficiaires de l’UNFPA ont pu partager, par des témoignages, leurs situations socio-économiques avant et après l’appui de l’UNFPA.

abp      dnt/ynd           FEV 24