• ven. Avr 19th, 2024

Clôture de la session des états généraux du tourisme

ByAdministrateur

Mar 1, 2024

BUJUMBURA ,29 fév.  (ABP) – Le ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Tourisme, Mme Chantal Nijimbere a clôturé mercredi, le 28 février 2024, la session des états généraux du tourisme organisée sous le thème. « Le tourisme, levier de la croissance économique au service d’un Burundi émergent. ״

Selon le ministre Nijimbere, le Burundi est le meilleur pays qui regorge des potentialités touristiques, de meilleurs sites naturels, des beaux paysages, et autres.  Elle a recommandé de mettre en application les recommandations issues de cette rencontre, en vue de soutenir le secteur du tourisme et de donner une belle image du pays aux étrangers.

Vue partielle des participants

Le présentateur du jour, M. Nicodème Nimenya qui a exposé sur le thème, « Législation fiscale pour l’amélioration du climat des affaires et la promotion du tourisme au Burundi », a fait remarquer que le gouvernement du Burundi a organisé cette session des états généraux du tourisme en conformité avec la politique nationale de développement 2018-2027. Il a précisé que le système fiscal joue un rôle très important dans le domaine des affaires, le tourisme n’étant pas naturellement exclu.

A cet effet, il a cité certains blocages fiscaux identifiés pour la promotion du tourisme au Burundi notamment la triple taxation d’hôtellerie par les services de l’OBR, la suppression du crédit d’impôt de 37 % et la suppression de l’Office national du tourisme.

Pour supprimer ces blocages, M. Nimenya a proposé des mesures pour que le système fiscal burundais soit favorable à l’amélioration du climat des affaires et contribue efficacement à la promotion du tourisme. Il s’agit notamment de la création d’un Fonds Spécial pour la promotion du tourisme, la remise en place d’un crédit d’impôt, la suppression de la caution de 30 % exigé par l’OBR pour saisir le commissaire général de l’OBR, la création d’une commission tripartite administration au sein de la chambre Fédérale de l’Industrie du Burundi pour analyser tous les défis, dans le but ultime d’harmoniser les taxes fiscales.

Les participants ont, quant à eux, recommandé  à  l’endroit de l’Etat  de réduire  les taxes  pour que  les billets  d’avion puissent se vendre  à moins cher, développer les infrastructures de base  pour faciliter le tourisme,  notamment les infrastructures  routières, autoriser le retrait  des devises  pour les entreprises opérant  dans le secteur du tourisme, accélérer l’adoption du visa  unique  de l’EAC,  mais en attendant il faudrait prolonger  la validité  du visa de transit  qui est de 3 jours.

Ils ont aussi recommandé au ministère chargé du tourisme notamment, de mettre en place un cadre légal et réglementaire unifié sur le tourisme, permettre le secteur privé à participer dans l’exploitation et la gestion des sites touristiques et mettre en place un comité de suivi des recommandations.

Ils ont également recommandé qu’il y ait un seul code des impôts et taxes en vue de la transparence fiscale et de consulter le secteur privé en général et le secteur du tourisme, en particulier, lors de l’élaboration des lois fiscales.

Au niveau du secteur privé, les participants ont recommandé aux opérateurs économiques du secteur privé de développer les infrastructures hôtelières autour des sites touristiques et d’élaborer et présenter des projets de développement, de gestion et de marketing des sites touristiques.