• sam. Avr 20th, 2024

Session technique préparatoire à la 9ème Journée africaine de l’alimentation scolaire

ByAdministrateur

Mar 1, 2024

BUJUMBURA, 29 fév (ABP) – Le gouvernement du Burundi a organisé jeudi le 29 février, en Mairie de Bujumbura, une séance technique préparatoire à la Journée africaine de l’alimentation scolaire (JAAS) qui sera célébrée vendredi le 1er mars 2024.

Dans son mot de circonstance, le ministre de l’Education nationale et de la Recherche scientifique du Burundi, M. François Havyarimana, a fait savoir que le programme d’alimentation scolaire motive les familles à inscrire et maintenir leurs enfants à l’école où ils bénéficient un apprentissage et une alimentation sûre, diversifiée et nutritive. Il a indiqué que cette journée offre l’occasion de célébrer, sur le continent africain, l’engagement des Etats et de leurs partenaires à renforcer les programmes nationaux d’alimentation scolaire basés sur les achats locaux, qui constituent l’un des investissements les plus importants et les plus efficaces dans le développement du capital humain, social et économique de nos pays respectifs. Le ministre Havyarimana a, au nom du gouvernement, salué la décision des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA qui ont défini comme objectif commun en 2022 le renforcement de la résilience nutritionnelle et de la sécurité alimentaire sur le continent africain. Il n’a pas manqué de souligner que dans ce programme de cantines scolaires, le Burundi a bénéficié de l’expérience et du soutien d’autres pays amis, dont le Brésil, la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Sénégal.

Prenant la parole, le directeur du Programme alimentaire mondial de l’UA, Dr HAmeed Nuru, a signalé qu’en Afrique, la faim est une préoccupation majeure parmi les écoliers, avec environ 31 millions de personnes souffrant de malnutrition. En outre, cette aggravation de la pauvreté causée par la malnutrition affecte négativement les résultats scolaires des enfants. Ils rencontrent des obstacles pour accéder aux opportunités, ce qui perpétue, selon lui, le cercle vicieux de la pauvreté et des inégalités, a-t-il expliqué.

Notons que les différents panélistes présents à cette séance technique ont eu l’occasion d’échanger sur les différents points susceptibles de contribuer au développement du programme d’alimentation scolaire.