• ven. Avr 19th, 2024

Le Premier ministre reçoit en audience la directrice générale de la BAD pour la région de l’Afrique de l’Est

ByAdministrateur

Mar 21, 2024

BUJUMBURA, 19 mars (ABP) – Le Premier ministre burundais, M. Gervais Ndirakobuca, a reçu en audience mardi le 19 mars une délégation de la Banque africaine de développement (BAD), conduite par Mme Nnenna Nwabufo, Directrice générale de la BAD pour la région de l’Afrique de l’Est, a constaté l’ABP sur place.

Dans une interview accordée à la presse, Mme Nwabufo a fait savoir que leurs échanges ont concerné le soutien que la BAD apporte au gouvernement du Burundi. D’après elle, le Premier ministre a expliqué que le secteur agricole est un secteur clé de la vie nationale qui nécessite beaucoup de soutien.

Elle a ainsi annoncé que pour soutenir le développement de ce secteur si important, la BAD a mobilisé une enveloppe de 80 millions de dollars, qui s’ajoute à celle d’environ 60 millions de dollars que la BAD a mobilisée auprès du FIDA, son partenaire.

L’enveloppe totale mobilisée varie entre

140 et 160 millions de dollars américains, a indiqué Mme Nwabufo, signalant que la digitalisation sera soutenue par la BAD. Ce soutien, a-t-elle souligné, est guidé par l’impératif d’avoir toutes les données statistiques du secteur de l’agriculture afin de les mettre au service d’une meilleure productivité.

A côté du secteur agricole, il a été mentionné le secteur des transports, dont le chemin de fer. La BAD a accordé au Burundi un prêt pour la construction d’un chemin de fer qui va relier la Tanzanie, le Burundi et la RDC, a déclaré Mme Nwabufo.

L’énergie et le secteur social sont d’autres secteurs d’intervention de la BAD, selon Mme Nwabufo, qui a salué l’implication du Premier ministre dans le suivi des projets que la BAD exécute au Burundi. Elle a promis le soutien de la BAD envers le Burundi en matière de gestion des dettes.

La BAD va également continuer à soutenir le gouvernement burundais notamment pour le développement des politiques qui encouragent le secteur privé à s’impliquer au développement du pays, a ajouté Mme Nwabufo.