• mar. Avr 16th, 2024

MARAYIKA vise à apporter sa contribution à la réduction de la vulnérabilité socio-économique des filles-mères

ByAdministrateur

Mar 21, 2024

CIBITOKE, 18 mars (ABP) – Les cérémonies de clôture de la semaine (du 8 au 15 mars) dédiée à la femme par l’association MARAYIKA œuvrant à Kaburantwa en commune Buganda de la province Cibitoke (nord-ouest du Burundi) ont eu lieu vendredi le 15 mars, rehaussées par la représentante du ministère de la Solidarité nationale, des Affaires sociales, des Droits de la personne humaine et du Genre, Mme Donavine Niyonsaba.

Dans son discours, l’envoyé du ministère en charge du Genre a salué les activités de l’association MARAYIKA en général et celles organisées en marge de la semaine dédiée à la femme en particulier. Elle a reconnu que le programme de l’organisation s’aligne bien aux objectifs du gouvernement et de son ministère, avec le thème de l’année 2024 qui est : « Investir en faveur des femmes, accélérer le rythme ».

« Contribuer dans le développement de la femme fait partie des priorités du gouvernement car dans le passé, la femme a été négligée, ce qui justifie sa position en arrière dans le développement », a précisé Mme Niyonsaba.

La représentante du ministère en charge du Genre a profité de l’occasion pour encourager l’association MARAYIKA qui soutient la transition vers un monde égalitaire entre les hommes et les femmes. Pour y arriver, MARAYIKA vise à apporter sa contribution à la réduction de la vulnérabilité socio-économique des filles-mères et de leurs enfants en commune Buganda où le taux des violences basées sur le genre est particulièrement élevé, a-t-on appris sur place.

Ainsi, l’objectif de l’organisation est de renforcer la résilience de ces dernières grâce à des formations sur l’entrepreneuriat, la littératie financière et la gestion de leur santé, a signifié la représentante légale de MARAYIKA, Mme Gloria Inashaza, dans son mot d’accueil. Dans l’optique de la vision 2040-2060, MARAYIKA vise l’autonomisation de ces femmes en éradiquant leur pauvreté, à travers des compétences au développement et la création d’emplois en faveur des femmes et jeunes filles.

Quant aux activités de ladite semaine, 50 filles-mères de la commune Buganda ont bénéficié d’un renforcement des capacités sur le développement personnel, l’entrepreneuriat et les finances. Bien plus, 25 filles-mères ont été formées sur la fabrication des savons. Par ailleurs, 50 Cartes d’assurance maladie (CAM) ont été octroyées aux femmes vulnérables pour les soins de santé, au moment où 50 jardins potagers ont été installés et plusieurs familles de la communauté de Kaburantwa sensibilisées sur la planification familiale.

Signalons qu’au premier jour de ladite semaine, un don bénévole de sang organisé a permis de collecter 16 sachets de sang en commune Buganda, tandis que 209 personnes de la même commune ont pu faire leur dépistage volontaire au VIH/Sida.