• ven. Avr 19th, 2024

La vente du fourrage fait vivre des jeunes associés, au chef-lieu de la commune Rugombo

ByAdministrateur

Avr 4, 2024

CIBITOKE, 2 avril (ABP) – Au total 33 jeunes de la commune Rugombo, en province Cibitoke, se sont mis ensemble pour s’occuper de la recherche et la vente du fourrage aux propriétaires du bétail, particulièrement bovin. Sur la route Rugombo- Kayanza (RN10), près du bureau communal Rugombo, ces jeunes associés en  « Coopérative Tubungabunge Ibitungwa », ont choisi un dépôt d’herbe, où les éleveurs viennent se ravitailler au quotidien.

Ils ont commencé à pas hésitant en 2017 et ont gagné plus de terrain avec la mise en application effective de la mesure obligeant l’élevage du bétail en stabulation permanente.

Actuellement, leur adresse est connue de tout le monde, avec beaucoup de clients permanents, dont certains paient mensuellement.  Le Président de cette coopérative, Jean Paul Bigirimana, se réjouit des progrès de leur entreprise, qui leur procure des revenus journaliers allant de 5000 à 10.000 francs burundais pour chacun, sans  parler de l’argent qu’ils partagent à la fin du mois et qui leur permet d’épargner.

Certains parmi eux,  ont déjà acheté des parcelles, construit des maisons, d’autres se sont procurés des portions de terres cultivables, et parviennent à nourrir et scolariser sans difficultés leurs familles.

M.Bigirimana déplorent cependant, l’existence des clients défaillants, des cas de méventes de leur fourrage, des accidents de travail liés surtout au manque de bottines, et d’autres. Pour ce fait, le représentant de la coopérative « Tubungabunge Ibitungwa », nous a révélé qu’ils ont des compte bancaire pour leur coopérative, et qu’ils comptent finaliser les procédures d’agrément, pour envisager d’autres projets et contracter de crédits dans une Micro-finance.

Même son de cloche pour ces compagnons, qui ajoutent qu’ils vendent de la bonne herbe, et à bon marché de 2500 francs burundais à 3000 francs par tas de fourrage. Ils envisagent aussi de créer d’autres points de vente, pour faciliter leurs clients et conclure d’autres marchés.

Quant à l’administration, cette coopérative paie ses taxes mais, doit se procurer tous les documents  pour qu’elle soit une coopérative agréée à l’ANACOP.