• mer. Mai 29th, 2024

Avec la créativité, se lever pour l’entrepreneuriat sans capital extérieur est possible

ByAdministrateur

Avr 9, 2024

BUJUMBURA, 5 avr (ABP) – Dans le cadre du renforcement des capacités  des jeunes entrepreneurs, la Fondation africaine pour l’entrepreneuriat et le développement économique (FAFEDE), en collaboration avec le Fonds des nations unies pour la population (FNUAP) se sont engagés à donner des formations pour les jeunes burundais sur comment se lever pour l’entrepreneuriat avec zéro capital extérieur.

Selon le représentant résident du FNUAP au Burundi, M. Judicaël Elidje, entreprendre avec zéro capital extérieur, c’est commencer avec de  petits moyens qu’on avait, avant de penser aux  grands montants.  » Démarrer le projet avec zéro capital ça demande  de consacrer du temps et de la détermination. »

Selon lui, les activités génératrices de revenus se trouvent autour nous. Il a encouragé les jeunes de créer leurs propres emplois dans tous les secteurs au lieu de présenter toujours qu’il est impossible de trouver le capital, sans un appui extérieur.  Il a invité les jeunes de se regrouper en vue d’inventer les projets nécessaires qui transcendent les barrières financières.

Quant au président de la FAFEDE, M. Samuel Mathey, le secteur de l’entrepreneuriat reste toujours la clé de la réussite économique, quand les jeunes se mettent à innover les projets.

A titre d’exemple, dans le secteur industriel, la fabrication des panneaux solaires et autres objets peuvent aussi contribuer à la sortie de la pauvreté.   M.Mathey a fait savoir qu’il n’y a pas de développement durable sans restauration des activités entrepreneuriales.

Il a recommandé à tous les jeunes chercheurs d’emploi d’être innovateurs, pour contribuer  à la vision d’un Burundi pays émergent en 2040 et développé en 2060.

Il a signalé que la FAFEDE et ses partenaires soutiendront matériellement les jeunes qui présenteront un projet de développement.

Le président de la FAFEDE, Samuel Mathey