• jeu. Juin 13th, 2024

Les femmes appelées à l’organisation en coopératives d’auto développement, pour leur autonomisation

ByAdministrateur

Avr 29, 2024

BUBANZA, 26 avr (ABP) – L’organisation en coopératives d’auto développement pour les femmes, est l’un des facteurs de leur l’autonomisation. Ce sont des propos des femmes membres de la coopérative féminine, « Garukirabakenyezi » de Buhororo 2, en commune Bubanza (Nord-Ouest du Burundi).

Mme Jeannette Niyonzima, présidente de cette coopérative, a indiqué que cette coopérative est faite de 60 femmes, et s’occupe de l’agri-élevage, le commerce des balaies, possède une unité de fabrication des savons, l’huile de palme et tourteau. Elle fait savoir que l’objectif de s’organiser en coopérative, en tant que femmes, était de compléter les revenus de leurs époux dans leurs ménages respectifs, aux veuves de ne pas être à la tentation de tous les aventuriers, et vers leur autonomisation.

Mme Niyonzima se réjouit du soutien des autorités du parti CNDD-FDD en ce qui est du renforcement des capacités dans l’élaboration et la gestion des projets. Cette coopérative « Garukirabakenyezi » a débuté en 2021 avec un capital de 600 000 Fbu, mais actuellement, elle arrive au capital de plus de 5 millions de nos francs.

Mme Floride Nzeyimana, membre de cette coopérative, indique qu’elle n’est plus totalement dépendante de son mari, et qu’avec son conjoint, sont maintenant, complémentaires quant aux besoins du ménage. Quant à Mme Jeannette Niyonzima, une veuve, membre de la coopérative susdite, la coopérative lui a permis de supporter les études de ses trois enfants, de s’acheter une parcelle, de pratiquer l’élevage des chèvres, poules et lapins. Elle indique qu’elle ne manque, au moins 30 000 Fbu dans son sac à main.

La coopérative « Garukirabakenyezi » a déjà créé trois emplois dans leur unité de transformation du palmiste, mais des membres évoquent des contraintes de manque de terrain propre pour ce projet, ainsi que le capital insuffisant. Et dans l’avenir, leur perspective est de se procurer d’un véhicule et moto de déplacement de leurs marchandises et l’extension de leurs projets dans d’autres provinces du pays, a-t-on appris sur place. Des membres de cette coopérative, contactés, appellent d’autres femmes à songer à l’adhésion et à l’organisation en coopératives d’auto développement, pour leur autonomisation et la contribution dans la satisfaction des besoins de leurs ménages. A noter que 251 coopératives des femmes, sont déjà enregistrées au bureau provincial du mouvement coopératif et associatif, en province Bubanza.