• jeu. Juin 13th, 2024

Célébration de la journée internationale du travail et des travailleurs

ByAdministrateur

Mai 2, 2024

KAYANZA/BUJUMBURA/CANKUZO/BURURI/BUBANZA, 1er mai (ABP) – Le Burundi s’est joint mercredi le 1er mai au reste du monde entier dans la célébration de la fête du travail et des travailleurs.

Au niveau national, cette journée a été célébrée au stade Gatwaro sis au chef-lieu de la province Kayanza (nord), sous le haut patronage du président de la République du Burundi, qui était en compagnie de son épouse. Les cérémonies ont aussi vu la participation des hautes personnalités, dont le président de la Cour constitutionnelle, celui de la Cour suprême, les ex-présidents burundais, les ex premières dames, etc.

Dans son discours d’accueil, le gouverneur de Kayanza, le colonel Rémy Cishahyo, s’est réjoui que cette journée arrive au moment où la paix et la sécurité règnent sur toute l’étendue de sa province. Il a cependant déploré le fait que les infrastructures et équipements du complexe théicole de Rwegura soient en état de délabrement et sans jamais être réhabilités alors que ce complexe ne cesse de générer des devises.

Prenant la parole à son tour, le représentant de la Confédération des syndicats du Burundi (COSYBU), M. Célestin Nsavyimana, est revenu sur le mauvais comportement de certains travailleurs. Il a indiqué qu’il y en a qui s’absentent au travail, tandis que d’autres font semblant de travailler sans jamais donner de rendement. Il a également parlé des travailleurs qui se lancent dans la diffamation de leurs collègues, et d’autres qui ne dénoncent pas les détourneurs des fonds publics. De plus, il s’est inscrit en faux contre les employeurs qui prennent des décisions sans le consentement des travailleurs. Il a également dénoncé les employeurs des institutions paraétatiques qui prennent les biens publics comme ceux de leurs familles. M. Nsavyimana en a profité pour appeler les travailleurs à se regrouper dans des syndicats pour le respect de leur droit.

Le vice-président de la République, Prosper Bazombanza

Dans son discours de circonstance, le chef de l’Etat a salué le fait que les employeurs et les travailleurs mettent en avant le dialogue social en milieu de travail, promettant de les rencontrer pour remédier aux problèmes qui surgissent dans la vie des travailleurs. Toutefois, il a dit ne pas comprendre pourquoi et comment les employés, surtout ceux de l’Etat, lancent toujours des jérémiades au sujet de leurs salaires, disant que ces derniers ne sont pas conformes à la réalité actuelle. Selon le président Ndayishimiye, l’Etat n’est pas un employeur, mais il est là comme un facilitateur entre les employés et les employeurs. Il a ainsi appelé à l’augmentation de la production pour faire entrer beaucoup de taxes et d’impôts, ce qui, pour lui, permettra aux travailleurs d’en tirer des dividendes.

Les cérémonies ont été clôturées par la gratification de dix travailleurs qui se sont démarqués plus que les autres dans leurs services.
En mairie de Bujumbura, les cérémonies se sont déroulées au boulevard de l’Indépendance. Elles ont été rehaussées par la présence du vice-président de la République, M. Prosper Bazombanza, et ont débuté par un défilé des travailleurs œuvrant dans les secteurs public et privé.

Dans son allocution du jour, M. Bazombanza a fait savoir que le gouvernement est au courant des préoccupations des travailleurs et œuvre pour la satisfaction de ces derniers dans l’objectif de conduire le pays vers le développement. Tout en rappelant le thème de cette journée « s’atteler au travail tout en faisant le bilan des réalisations », le vice-président de la République a indiqué que cette journée est célébrée au moment où une entente se manifeste entre le gouvernement, les syndicats des travailleurs et les employeurs. Il a fait état de l’augmentation de la production agricole.

En ce qui concerne le traitement des fonctionnaires de l’Etat, il a signalé que 90% d’entre eux ont été rétablis dans leur droit en matière de régularisation et de mise à niveau de leurs salaires, faisant remarquer que la régularisation pour le reste des travailleurs est pour bientôt. Il a révélé qu’au niveau de l’éducation, il y a eu 2.874 nouveaux emplois et 160 autres au niveau du secteur de la santé.

S’agissant de l’encadrement des jeunes, il a relevé que le Programme d’autonomisation économique et d’emploi des jeunes (PAEEJ) a éduqué 114.984 jeunes. Bien plus, 3.473 coopératives ont été créées, au moment où 3.485 jeunes ont eu de l’emploi et 3.432 sont en passe d’en obtenir.

D’après M. Bazombanza, le Burundi fait face aux conséquences des changements climatiques. Il a toutefois déclaré que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour venir en aide aux victimes, tout en exhortant les Burundais à l’entraide sociale pour soutenir les personnes dans le besoin. Il s’est par ailleurs inscrit en faux contre le comportement de certains cadres qui s’adonnent à la corruption et l’oisiveté, et qui ne s’acquittent pas de leur devoir d’œuvrer pour l’atteinte des objectifs fixés par le gouvernement. Il les a appelés à changer de fusil d’épaule. Il n’a pas manqué de saluer la contribution remarquable du secteur privé dans le développement du pays.

Au niveau des syndicats des travailleurs du Burundi, on a fait mention de 9 défis majeurs qui handicapent le secteur du travail au Burundi, dont la mise à la retraite à 60 ans au lieu de 65. Pour le représentant de la Confédération des syndicats du Burundi (COSYBU), cette situation a déstabilisé les retraités qui avaient contracté des crédits. Cette situation a été rendue encore plus difficile par l’arrêt des avancements en 2016.

Le Premier Ministre, Gervais Ndirakobuca

En deuxième ressort, il a mentionné le retard des déblocages pour la catégorie des travailleurs des institutions personnalisées de l’Etat, en demandant de les remettre dans leur droit comme les autres de la Fonction publique.

En troisième lieu, il a mentionné le coût élevé de la vie, interpellant é le gouvernement d’appliquer l’indexation des salaires conformément au coût de la vie. En quatrième lieu, il a fait état de la non indépendance des syndicats dans certaines institutions alors que c’est un droit qui est consacré par les textes légaux.

En cinquième position, il a dénoncé l’octroi du travail qui se fait moyennant la corruption et/ou l’appartenance politique. En matière de gestion des institutions sous tutelle de l’Etat, il a été signalé qu’il se remarque que certains gestionnaires ne sont pas à la hauteur suite à l’inexpérience où à l’incapacité technique. Il a invité le gouvernement à initier des séances de formation à leur endroit. Il a indiqué que les changements climatiques ont déjà fait des victimes, tout en exprimant sa solidarité avec les victimes.

Il a ainsi demandé au gouvernement de leur venir en aide. En dernier ressort, il a fait état du manque d’un cadre légal régissant les travailleurs de l’Etat à statuts spéciaux. A ce niveau, il a plaidé pour la mise en place de ce cadre pour faciliter la rentrée des taxes et l’augmentation de la production.

Au niveau des employeurs, M. Théodore Kamwenubusa, président de l’Association des employeurs du Burundi (AEB), a souhaité que le gouvernement trouve des solutions à certains défis primordiaux. Il a cité, entre autres, la disponibilité du courant électrique, des devises et du carburant. Pour lui, trouver des solutions à ces défis permettrait d’augmenter encore plus la productivité. A côté de cela, il a appelé à la stabilisation en matière des textes réglementant le paiement des taxes et impôts, trouvant que plusieurs changements qui sont opérés dans ce domaine déstabilisent les producteurs. En dernier lieu, il a exhorté le gouvernement à fournir une connexion internet à haut débit. Il n’a pas manqué de saluer les efforts qui sont consentis par le gouvernement pour créer un bon climat de travail entre les travailleurs et les employeurs.

Le Ministre, Propser Dodiko

En province Cankuzo (est du Burundi), les cérémonies ont été rehaussées par la présence du Premier ministre, M. Gervais Ndirakobuca. Elles se sont déroulées au stade Buhumuza et ont débuté par un long défilé qui a été ouvert par le personnel de la Primature, suivi par l’administration provinciale et la population des différentes couches socioprofessionnelles.

Melance Hakizimana, qui a représenté la Confédération des syndicats des travailleurs du Burundi (COSYBU), a félicité le gouvernement pour sa vision du pays émergeant en 2040 et développé en 2060. Il a toutefois plaidé pour la formation sur la bonne gouvernance à l’intention des nouveaux responsables des services publics afin qu’ils puissent mieux travailler pour le bien-être de la population. Il n’a pas manqué de signaler que la vie est de plus en plus chère au Burundi suite à la flambée des prix des marchandises et les salaires minimes que reçoivent les travailleurs, ce qui est à l’origine du départ vers l’étranger à la recherche d’une vie meilleure.

Le Premier ministre Ndirakobuca a, après avoir lu le discours à la nation prononcé la veille par le président de la République, exhorté la population à s’atteler aux travaux d’auto développement pour accroître le rendement. Il a conseillé la même population à ne pas prêter oreilles aux rumeurs, mais plutôt à promouvoir la solidarité et l’entraide mutuelle, et à sauvegarder la paix et la sécurité.

En province Bururi (sud-ouest), les cérémonies ont vu la participation du ministre de l’Environnement de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Dodiko Prosper. Les festivités ont débuté par un long défilé des fonctionnaires tant public que privé, les écoles et la population.

Le Ministre de la justice, Domine Banyankimbona

Dans différents discours prononcés par l’administrateur communal de Bururi et le gouverneur de Bururi, ils sont revenus sur les aléas climatiques qui ont occasionné des pertes humaines et des dégâts matériels. Le gouverneur de province, Col Léonidas Bandenzamaso a demandé à la population d’éviter la déforestation, de protéger les pentes en creusant des courbes de niveaux, et de lutter contre la coupe rase des arbres. Il a indiqué que la récolte du maïs a été très bonne et espère que celle du haricot sera aussi bonne si la pluviosité reste saine. Le gouverneur Bandenzamaso a fait savoir que cette période est caractérisée par l’accalmie dans toute la province, contrairement à l’année dernière où elle a été caractérisée par l’insécurité suite aux tueries à l’aide des machettes. Le ministre Dodiko a prononcé le discours à la nation prononcé la veille, le 30 avril, par le chef de l’Etat.

En province Bubanza (nord-ouest du Burundi), les cérémonies commémoratives se sont déroulées en commune Mpanda et ont été rehaussées par la présence du ministre de la Justice, Mme Domine Banyankimbona, a-t-on constaté sur place.

Dans son allocution, le gouverneur de la province Bubanza, M. Cléophas Nizigiyimana, s’est dit satisfait de la production agricole pendant la saison culturale A, malgré les aléas climatiques qui ont causé pas mal de dégâts humains et matériels. Il s’est réjouit du bon fonctionnement de différents services provinciaux et communaux. Le gouverneur Nizigiyimana a, à cette occasion, invité les habitants de la province Bubanza à concevoir cette journée comme une bonne occasion d’introspection et d’adopter des stratégies pour l’augmentation de la production. Il les a aussi appelés à concentrer des efforts au secteur agro-pastoral et à s’organiser en coopératives d’auto développement pour le développement des ménages, vers l’aboutissement de la vision du Burundi émergeant en 2040 et développé en 2060. Aux chefs de services, il demande de travailler pour la satisfaction des besoins des bénéficiaires de leurs services. Evoquant les catastrophes qui se sont abattues sur des habitants sur place, il a conseillé l’entraide mutuelle. L’autre appel étant la sauvegarde de la paix et la sécurité, et à ne pas prêter oreille attentive aux rumeurs en cette période pré-électorale.

A noter que le ministre Banyankimbona a prononcé le discours à la nation prononcé le 30 avril par le chef de l’Etat.