• mer. Juin 12th, 2024

La courge chaotte, un légume méconnu, très riche en nutriments et source de revenus

ByAdministrateur

Mai 24, 2024

GITEGA, 23 Mai (ABP) –  Le nommé Asmani Ndayishimiye, chef de quartier-adjoint du quartier Shatanya, dans le centre urbain de Gitega, la capitale politique du pays (centre du pays),

s’implique activement dans la restauration de la culture de la courge chaotte après avoir découvert qu’elle génère des revenus, a-t-il témoigné à l’ABP.

C’est un légume méconnu aujourd’hui dans la société burundaise alors qu’il entrait jadis dans la ration alimentaire de la population. Par ailleurs, M. Asmani a indiqué que ce légume lui procure des revenus pour la survie de sa famille.  Sur une superficie de douze ares, a-t-il fait savoir, il y tire quotidiennement environ 50000 Fbu. Au début, la population hésitait à consommer cet aliment, mais au fur et à mesure, elle s’en habitue.

Vue de la production de chaottes

Pour  commercialiser son produit, M. Asmani a expliqué qu’il a pris une stratégie de le piler avec des feuilles de manioc (isombe), arguant que le mélange qui en résulte est très apprécié, après la cuisson.

Il projette étendre son champ de courge chaotte et envisage d’entreprendre  la culture du manioc pour produire plus de feuilles de manioc.

Pour les nutritionnistes,  la courge chaotte une excellente source de  vitamines C, il ralentit le vieillissement cellulaire, renforce le système immunitaire et améliore la santé osseuse.

La courge chaotte, une plante grimpante

Grâce à sa teneur en eau et en fibres, disent-ils, ce légume favorise une meilleure digestion et facilite la perte du poids. Il aide également à contrôler l’hypertension et protège le corps des maladies cardiovasculaires et du cancer.

M. Asmani Ndayishimiye a conseillé la population de lui emboîter le pas pour inonder ce produit sur le marché.

Rappelons que le chef de l’État burundais, M. Evariste Ndayishimiye, lui a décerné un prix de reconnaissance de son initiative, à l’occasion de la fête du travail et des travailleurs, édition 2024.